Baricco: trois fois bravo!

Baricco...

Agrandir

Baricco

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un mot. Une phrase. Et des dialogues qui, sous la plume prodigieuse d'Alessandro Baricco, rebondissent à vive allure, propulsés par une verve  inimitable.

Deux personnages, un homme et une femme, se rencontrent à trois reprises, dans des situations différentes. À travers chacune d'elles se faufilent des éléments communs, des références, que ce soit un endroit, un nom, un aspect physique ou,  encore, un trait de caractère. 

Le premier récit se déroule dans le hall d'un hôtel de charme. Vers quatre heures du matin, une femme vêtue d'une robe jaune fait une entrée remarquée. Un homme est assis dans un fauteuil. Prise d'un malaise, elle lui demande de s'asseoir. Il accepte, retardant ainsi un départ qui se devait imminent. 

«Soyez gentil. parlez-moi encore un petit peu. Après je vous laisse partir.» Le voilà pris au piège...

Dans le suivant, le portier d'un hôtel miteux tentera de sauver une jeune cliente de son amant violent, celle-ci hésitant à accepter son aide. 

«Pourquoi ne cherchez-vous pas quelqu'un de gentil qui ne vous brutalise pas?» La  question - simpliste - se pose. Elle consentira à son secours, mais à une seule condition : qu'il termine son histoire et révèle tout de son passé troublant. 

Le troisième volet - le plus touchant - met en scène un adolescent de 13 ans qui a été témoin de l'incendie de la maison familiale, dans lequel sont morts ses parents, trop occupés à se disputer. 

«Ils criaient l'un contre l'autre. Ils se criaient dessus. Et pendant ce temps tout brûlait.» La garde du jeune garçon sera confiée à l'inspectrice Pearson, bientôt à la retraite, qui se chargera de l'amener dans un endroit sûr. 

Alessandro Baricco signe ici trois histoires savoureuses qui s'amorcent dans la nuit et s'achèvent à l'aube. La fin - ouverte et toujours surprenante - laisse en suspens la vie de personnages auxquels on s'est rapidement attachés. 

L'auteur dessine avec subtilité les pourtours de leurs parts d'ombre, de lumière et de mystère, laissant entrevoir leurs regrets, espoir et désespoir, les rêves brisés et l'amour éprouvé, tandis que son humour accentue ou atténue les contradictions qui font le propre de l'humain. 

Alessandro Baricco

Trois fois dès l'aube

Éditions Gallimard, 124 pages

✪✪✪✪½

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer