Redonner sens à son existence

Nicola Ciccone... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Nicola Ciccone

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Lorsque j'ai imaginé Ophélia, mon personnage, je suis tombé amoureux d'elle sur le champ», avoue Nicola Ciccone qui vient de publier Dans les yeux d'Ophélia.

«Elle est très belle physiquement, mais c'est avant tout sa façon de voir la vie, à travers le regard d'une non-voyante, qui la rend sublime, dit-il, tout sourire. Elle donne envie de donner le meilleur de soi, d'être à l'écoute de tous nos sens pour mieux comprendre la vie telle qu'elle est, avec ses parts d'ombre et de lumière.»

Après L'étoile enfant, un conte philosophique paru en 2013, l'auteur-compositeur-interprète nous revient avec un roman portant sur une histoire d'amour et la quête de sens - de la vie - mais celle aussi de nos cinq sens, l'ouïe, l'odorat, la vue, le toucher et le goût.

Pour Vincent, la vie est loin d'être un long fleuve tranquille. Écrivain en panne d'inspiration, il essuie coup sur coup des échecs sur le plan professionnel et sentimental, la morosité trouvant peu à peu son chemin dans son quotidien.

Il fait alors la rencontre d'Ophélia, une jeune femme de 28 ans, aveugle depuis la naissance, qui lui apprendra à se «rebrancher sur l'essentiel».

«J'ai déjà travaillé avec des non-voyants. Leur handicap est plus souvent un obstacle pour nous que pour eux, affirme-t-il. En musique, j'essaie de déconstruire des idées reçues et c'est un peu ce que je fais, ici, avec mon roman.»

Depuis sa tendre enfance, Nicola Ciccone baigne dans les arts visuels, son père étant un artiste-peintre, sans compter que le chanteur a toujours fréquenté assidûment les musées de partout au monde.

«Je suis passionné d'art figuratif. Mes deux personnages vont se retrouver à Paris, notamment au musée d'Orsay où sont exposés les plus beaux tableaux impressionnistes, un courant que j'affectionne tout particulièrement, affirme-t-il. Cette escapade est un prétexte pour revisiter des peintres comme Degas, Courbet, Cézanne, Renoir, Monet et Van Gogh.»

L'art - ou son interprétation - jouera un rôle essentiel dans la renaissance de Vincent et sa façon de percevoir le monde, non plus en surface, mais bien en profondeur. Il lui permettra aussi de renouer avec le sixième sens, celui de l'amour, celui du coeur.

En tournée musicale

Le 7 avril, Nicola Ciccone entamera une tournée québécoise qui devrait durer un an. Il présentera son plus récent disque, Les incontournables 1999-2014, lequel réunit 31 chansons, soit ses plus grands succès en 15 ans de carrière et deux nouvelles chansons, Sourire et Comme au tout premier jour.

«Mes chansons, je les écris a cappella. Une chanson réussie doit pouvoir exister sans accompagnement, argue-t-il. Une fois la mélodie trouvée, je sais rapidement quel instrument la mettra en valeur. Derrière chacune d'elles, il y a une histoire, un processus créatif, et c'est ce que je vais raconter sur scène.»

Question d'aller à l'essence-même de son répertoire, il nous promet un spectacle plus intime, épuré de tout artifice. «La scène, c'est ma maison. J'y donne toujours le meilleur de moi-même», affirme celui qui s'arrêtera le 16 avril à la salle Odyssée.

Pour y aller

OÙ? Maison de la culture de Gatineau

QUAND? Le 16 avril, 20 h

RENSEIGNEMENTS: 819-243-2525; salleodyssee.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer