Quitter la Banquette arrière de ses désirs

Un recueil de nouvelles érotiques oublié par une passagère dans un taxi. Et un... (Courtoisie)

Agrandir

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Un recueil de nouvelles érotiques oublié par une passagère dans un taxi. Et un chauffeur qui décide de partager le plaisir de lire avec certains de ses clients. Résultat? Les personnages de Claude Brisebois décident de quitter la Banquette arrière de leur existence pour reprendre le contrôle de leurs désirs et de leur destinée.

«L'idée de ce roman m'est venue quand une amie à moi est débarquée dans mon bureau pour me remettre un livre qu'elle avait trouvé dans un taxi. Il s'agissait d'un recueil de nouvelles érotiques de Marie Gray», raconte celle qui signe, avec Banquette arrière, son premier roman chez Druide.

D'emblée, Jules-Ferdinand, dit Jeff, a pris place sur le siège du conducteur d'une Mercedes, en guise de coup de chapeau à un ami chauffeur de taxi, décédé à 45 ans, et que l'auteure a voulu permettre, à sa manière, de «vieillir un peu».

Autour de ce nouveau veuf gravitent Gertrude, la meilleure amie de sa défunte épouse qui l'aidera à lever le voile sur un secret fort bien gardé de Gloria. Mais aussi divers clients, de Soledad (jeune danseuse prise dans une relation insatisfaisante) à Marie (à la quarantaine épicurienne à tous les niveaux), en passant par David (mal rompu au jeu de la séduction) et Martine (qui vient peut-être de trouver l'amour auprès de Michel). Autant d'inconnus auxquels Jeff prêtera le recueil de nouvelles érotiques abandonné à l'arrière de son véhicule par une passagère distraite.

«Le fait qu'il s'agisse d'un livre érotique lui donne peut-être plus d'audace, concède Claude Brisebois. C'est certain qu'un roman policier n'aurait pas eu le même effet.»

Cette dernière expose deux facettes de sa personnalité, puisqu'elle a dû écrire les nouvelles érotiques incluses dans son roman.

«Quand venait le temps d'intégrer une nouvelle dans l'histoire, c'était comme si je me glissais dans la peau d'une autre auteure. Il ne reste que 20-25 pages des quelque 90 pages de la version originale, parce que ces nouvelles servent seulement de prétextes à l'intrigue. Mais j'aimais l'idée du malaise que de tels textes peuvent créer a priori, tout en permettant aux personnages de se révéler, de s'ouvrir dans ce qu'ils ont de plus intime. Pour chacun, la lecture du recueil que Jeff leur prête provoque une forme de remise en question.»

Le chauffeur de taxi réunira d'ailleurs ces personnalités d'horizons bien différents, en les invitant à prendre part à un club de lecture. «Jeff n'est peut-être pas aussi instruit que Marie, par exemple, mais je voulais aussi montrer qu'on peut avoir des intérêts culturels communs, peu importe la classe sociale à laquelle on appartient.»

Pour cette organisatrice d'événements littéraires et passionnée de bonne chaire et de bons vins, il ne pouvait y avoir «rien de plus fantastique que de partager le plaisir de la littérature autour d'une table!»

Si elle n'a jamais organisé de repas au cours duquel chaque plat était servi en lien avec un roman, elle avoue s'être contentée en concoctant le menu de Marie, lorsque les membres du club se réunissent chez elle. «Plusieurs amis me demandent maintenant quand je vais mettre sur pied mon club de lecture!» lance-t-elle en riant.

Claude Brisebois, qui a déjà travaillé comme camérawoman à CHOT au début des années 1980 avant de s'établir dans la région montréalaise, sera présente au Salon du livre de l'Outaouais, les 27 et 28 février.

Partager

À lire aussi

  • La sexualité dans tous ses émois

    Arts et spectacles

    La sexualité dans tous ses émois

    De la «première fois» à l'exploration des sens(ations) les plus voluptueuses, la sexualité est partie prenante de l'expérience humaine. Une sexualité... »

  • Quand l'érotisme devient militant

    Livres

    Quand l'érotisme devient militant

    En devenant la première musulmane à publier un roman du genre il y a 10 ans, Nedjma a délibérément choisi de faire rimer érotisme et militantisme.... »

  • Le sexe en scène

    Spectacles et théâtre

    Le sexe en scène

    Ils rigolent. Beaucoup. Racontent leur spectacle en éclatant de rire et promettent une soirée émoustillante. «C'est le meilleur spectacle de l'année... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer