• Le Droit > 
  • Arts > 
  • Livres 
  • Demoiselles-cactus: les épines plutôt que la rose 

Demoiselles-cactus: les épines plutôt que la rose

À l'instar de son recueil de poèmes Mes soeurs... (Andre Pichette, La Presse)

Agrandir

À l'instar de son recueil de poèmes Mes soeurs siamoises, le premier roman de Clara Brunet-Turcotte, Demoiselles-cactus (Leméac), aborde sans fards le rapport au corps.

Andre Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À l'instar de son recueil de poèmes Mes soeurs siamoises, le premier roman de Clara Brunet-Turcotte, Demoiselles-cactus (Leméac), aborde sans fards le rapport au corps. De ses troubles alimentaires aux tendances pédophiles de son copain, son héroïne Mélisse, rendue à la mi-vingtaine, fait face à la femme qui refuse de devenir adulte en elle. Portrait d'une auteure en éclosion et à la plume en forme d'épine suintant l'humour noir.

Car si elle aime les «trucs mignons» et affiche une garde-robe aux couleurs pastel, Clara Brunet-Turcotte se défend bien de croire aux princes charmants. «Comme d'autres artistes féminines de mon âge, je me réapproprie les codes liés aux princesses et au monde des fées dans l'intention de me rebeller face à ces images du passé voulant que nous soyons passives et faibles parce que nous affichons une certaine forme de naïveté», fait-elle valoir.

D'où le fait que Mélisse, plutôt du genre observatrice et peu encline à entrer en contact avec les gens, choisira de révéler les dérangeantes pulsions de l'autre (son copain, qui demeure anonyme et ressemble plus à un coloc) en réclamant l'aide d'un autre être mal dans sa peau: son voisin d'enfance Charlot.

Ce faisant, Clara Brunet-Turcotte gratte à l'évidence des blessures intimes, amalgame plusieurs personnes ayant croisé sa route dans ses personnages, tout en étayant sa réflexion sur la marginalité avec une lucidité parfois trash dans Demoiselles-cactus.

«Même si Mélisse vit certaines situations que j'ai vécues, il ne s'agit pas d'un roman autobiographique. Mes parents, entre autres, ne ressemblent pas du tout aux siens», tient à préciser la quasi-trentenaire, fille du chroniqueur musical de La Presse Alain Brunet et de l'écrivaine Élise Turcotte.

Il lui «fallait» néanmoins évoquer les troubles alimentaires dans son roman «pour en finir avec ce sujet qui [la] touche» et qu'elle juge «trop souvent abordé de manière idéalisée». Ainsi, elle confronte «ironiquement» la volonté ferme de Mélisse de ne pas céder à la tentation de correspondre à une certaine image de la femme adulte (ce qui l'empêche d'établir un rapport sain avec nourriture et sexualité) et la dérangeante attirance que l'autre entretient pour les plus jeunes filles. «Certains hommes continuent de demander aux femmes d'occuper la plus petite place possible dans la société et, pour moi, le paroxysme de cette notion s'incarne dans la pédophilie.»

Clara Brunet-Turcotte n'hésite d'ailleurs pas à renvoyer le reflet peu reluisant d'une génération biberonnée à la pornographie et de la pression exercée principalement sur les femmes de correspondre aux corps «maquillés, retouchés, sans poils et sans taches montrés dans ces films». 

«La prolifération de la pornographie et son accessibilité ont entraîné un dégoût du corps tel qu'il est vraiment, ce qui pervertit la vision que plusieurs ont de la sexualité. Les rapports hommes-femmes sont ainsi faussés par une surenchère aliénante d'images qui n'ont rien à voir avec la réalité».

En persistant à arborer une allure androgyne, son héroïne cherche donc à se protéger. «Je ne porte pas de jugement moralisateur sur le sujet, mais c'est à cette pression que Mélisse résiste, au point de refuser toute féminité et sexualité. Pour ma part, je n'entretiens pas un tel malaise, bien que certaines demandes sur Facebook me laissent parfois très ambivalente quant aux intentions réelles de ceux qui veulent m'ajouter à leur liste d'amis... Cela dit, je suis loin d'être aussi désillusionnée que Mélisse dans la vie. Sauf quand j'écris ou dessine!»

Ce qu'elle a clairement l'intention de continuer à faire: Clara Brunet-Turcotte planche déjà sur son deuxième roman.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer