Aux couleurs des Premières Nations

Daniel Picton, superviseur des artificiers, souhaite que Dame... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Daniel Picton, superviseur des artificiers, souhaite que Dame nature soit plus clémente que ce dont font état les prévisions actuelles.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est un spectacle pyromusical grandiose et inspiré des Premières Nations que promet la firme manitobaine Archangel Fireworks, qui s'éclatera dans le ciel de l'Outaouais pour la toute première fois en marge de la seconde soirée des Grands Feux du Casino du Lac-Leamy, mercredi.

Basée à Winnipeg et en affaires depuis la fin des années 80, la compagnie d'artificiers mêlera musique autochtone, pop et rock n'roll dans son spectacle intitulé L'âme de la nation

Dans la trame sonore, il y aura un clin d'oeil à la région de la capitale nationale puisque des bombes colorées serviront comme toile de fond à la chanson Electric Pow Wow Drum, du trio d'Ottawa A Tribe Called Red. Le groupe est le fer de lance de la musique moderne autochtone. Nobody Knows (Iskwe) et Sing Our Own Song (Buffy Sainte-Marie) sont au nombre des autres chansons au programme de la soirée concoctée par Kelly Guille et son équipe. 

« Ce sera un beau et agréable spectacle, et ce de l'eau jusqu'au ciel. Les chansons feront un peu écho au grand héritage de notre province. Il y aura un aspect spirituel », de dire Daniel Picton, superviseur des artificiers, qui souhaite que Dame nature soit plus clémente que ce dont font état les prévisions actuelles.

La description du spectacle pyromusical fait allusion aux diverses épreuves qu'ont dû affronter les peuples des Premières Nations dans le passé et encore de nos jours, lesquelles « menacent leur propre mode de vie », souligne la firme. 

« La guérison vient en supprimant la menace, en cicatrisant les plaies et en admettant que nous pouvons faire mieux. Écoutons la voix des premiers peuples, utilisons la nôtre pour nous faire entendre et pour les honorer, et faisons tous ensemble partie de la solution en tirant des leçons du passé », peut-on lire dans le descriptif.

Les autres provinces qui feront exploser leurs bombes colorées à partir de la barge installée au milieu de la rivière des Outaouais sont le Québec (12 août) et l'Alberta (16 août), alors que la grande finale de la compétition sera présentée le 19 août.

Problèmes de billetterie...réglés 

Par ailleurs, l'organisation de l'événement tient à préciser qu'elle a apporté les modifications nécessaires sur son site web. Des gens se sont plaints, notamment sur les réseaux sociaux, qu'ils ne pouvaient se procurer des billets pour l'admission générale puisqu'on y affichait complet. 

« On a fait les correctifs pour s'assurer que les gens soient redirigés directement vers le site du Musée canadien de l'histoire. S'ils sont redirigés, ce n'est pas un bogue, ça toujours été comme ça, mais nous n'avions pas tant eu ce problème dans le passé, car les sièges réservés et les forfaits souper spectacle n'étaient pas complets, tandis que cette année ils se sont vendus extrêmement rapidement. Les gens se tournent donc vers l'admission générale et lorsqu'ils arrivent sur notre site, ça indique complet. On a fait des changements et il ne devrait pas y avoir de problème », affirme le coordonnateur des communications, Pierre Cuguen.

En se rendant sur le site des Grands Feux (www.feux.qc.ca), les festivaliers doivent cliquer sur l'onglet Billetterie, ensuite sur la section Admission générale puis sur le lien « Billetterie en ligne », en vert. Ils seront alors redirigés vers le site web du Musée.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer