La fête du rock est lancée

Loco Locass a bien lancé le Rockfest jeudi... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Loco Locass a bien lancé le Rockfest jeudi soir dans ce qui était la Soirée St-Jean de ce festival de rock. Jérémy Gabriel a également monté sur scène mais c'est samedi qu'il livrera sa prestation « métal ».

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La fête est commencée à Montebello. La douzième mouture du Rockfest a démarré sur les chapeaux de roues jeudi avec la soirée dédiée à la Fête nationale à laquelle ont pris part Loco Locass, Bernard Adamus, Les Trois Accords, Dead Obies, Robert Charlebois et les Cowboys Fringants, pour ne nommer que ceux-là.

Année après année, la petite municipalité de Montebello change de visage du tout au tout. Et année après année, les festivaliers semblent arriver de plus en plus tôt sur les lieux.

Avec la programmation étoffée de cette « St-Jean du Rockfest », il ne fallait pas s'étonner de voir autant de personnes débarquer jeudi. Les rues du « pôle touristique de l'Outaouais » étaient bondées à craquer déjà en après-midi.

D'ailleurs, il fallait être patient, très patient pour accéder au village. Deux bonnes heures au minimum étaient nécessaires à bord d'une automobile pour de terminer le trajet entre Papineauville et Montebello, sur la route 148. Un parcours d'à peine huit kilomètres qui se fait normalement en quelques minutes.

« C'était peut-être un peu plus lent que l'année dernière. Beaucoup de gens ont planifié d'arriver jeudi après-midi à cause de la grosse programmation de la St-Jean. Notre objectif avec le jeudi ces dernières années, c'était d'avoir un étalement avec la circulation, mais nous avons peut-être déplacé le problème. J'ai l'impression que nous allons avoir un vendredi plus calme », a affirmé hier soir Mathieu Marcotte, porte-parole du festival, à propos de l'éternel casse-tête logistique de la circulation.

Cette levée de rideau aux accents « québécois » a de quoi réjouir les organisateurs du festival. Il était possible pour cette mouture 2017 de se procurer des bracelets uniquement pour la soirée de la Fête nationale, une nouveauté.

« Je suis vraiment impressionné par l'ampleur de la foule. C'est la première fois que nous ouvrons le site sur toute sa grandeur pour le jeudi. On sent que le festival est bel et bien commencé. Le Rockfest est presque devenu une aventure d'une semaine pour les festivaliers », a souligné M. Marcotte.

Pluie et feu

Au moment d'écrire ces lignes, il semblait désormais acquis que le pacte de la « température parfaite », conclu entre Dame nature et l'organisation du festival, allait être rompu. Le soleil de plomb des éditions passées devra laisser la place à la pluie et au tonnerre jusqu'à samedi.

« Les gens qui viennent au Rockfest sont habitués de vivre avec un certain inconfort. En même temps, les festivaliers prennent souvent des coups de soleil. Au lieu de mettre de la crème solaire, le truc sera peut-être de changer de bas plus souvent durant la journée », a lancé à la blague M. Marcotte.

Entre-temps, il reste beaucoup de décibels à déployer à Montebello d'ici la fin du week-end. La formation allemande Rammstein et sa méga-production pyrotechnique doit notamment fouler les planches de la scène principale « surdimensionnée » pour l'occasion vers minuit vendredi soir. « Ce sera le plus gros show de l'histoire du Rockfest. Je peux garantir que les gens qui vont se promener sur la rue Notre-Dame et qui ne sont pas sur le site vont ressentir la chaleur des explosions », d'affirmer le porte-parole.

The Offspring, Bad Religion, Wu Tang Clan, Megadeth, Queens of the Stone Age et Iggy Pop sont parmi les autres grosses pointures attendues sur scène d'ici la nuit de samedi à dimanche. Plus de 130 groupes se succéderont sur les cinq différentes scènes de l'événement.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer