Un succès... de fil en aiguille

Tricot, filage, dentelle, « fléché », broderie: comme c'est le cas chaque... (Courtoisie)

Agrandir

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Tricot, filage, dentelle, « fléché », broderie: comme c'est le cas chaque troisième week-end du mois d'août depuis 2012, la fibre textile est à l'honneur à Saint-André-Avellin, où se déroule cette fin de semaine la cinquième édition du Festival Twist au Complexe Whissell.

Pas moins de 125 exposants issus du milieu des arts textiles seront postés derrière leur kiosque aujourd'hui et demain, mettant en vedette des produits finis, contemporains et modernes, mais aussi des fournitures pour confectionner ses propres pièces de vêtements et accessoires. Les tourniquets du Complexe Whissell seront en opération de 9 h à 17 h durant les deux jours d'activités.

Une quarantaine d'ateliers destinés tant aux néophytes qu'aux vétérans de la fibre seront aussi offerts aux festivaliers par des professionnels : tricot avec des mouchoirs de soie, teinture à l'indigo, techniques de filage au rouet, confection de chaussons feutrés pour enfants, etc. De plus, le public pourra assister à une vingtaine de démonstrations liées à diverses techniques.

Pour l'occasion, une tricoteuse espagnole, une teinturière du Maine, une crocheteuse de l'Oregon et une fileuse de l'État de New-York seront de passage à Saint-André-Avellin. « We're going international », lance en riant la présidente et fondatrice du Twist, Amélie Blanchard.

« Ce qu'il y a de particulier cette année, c'est que nous avons des gens inscrits à nos ateliers qui viennent d'aussi loin que l'Angleterre, la France et la Colombie-Britannique. C'est assez excitant », ajoute la femme d'affaires.

En croissance

L'événement, qui s'est taillé une réputation internationale depuis ses débuts en 2012, attire de plus en plus de curieux. En 2012, on avait comptabilisé un peu plus de 4000 visiteurs, rappelle Amélie Blanchard. 

De fil en aiguille, le cap des 15 000 visiteurs a été atteint l'an dernier, au terme des deux jours d'activités. Dans le camp des organisateurs, on espère poursuivre la croissance en visant le chiffre magique de 20 000 pour cette cinquième mouture. « Si on suit la logique depuis le début, c'est le chiffre à atteindre », dit-elle.

Les festivaliers viennent parfois de très loin pour fouiner, découvrir les arts textiles ou acheter du matériel auprès de fournisseurs de renom. Et que recherchent exactement ces visiteurs? Il y a certes un engouement pour la création textile, mais le Festival Twist mise sur sa programmation et son côté bilingue pour « séduire » la clientèle, note la fondatrice.

« On travaille constamment le contenu pour apporter des nouveautés. On essaie d'augmenter l'espace pour avoir plus d'exposants en plus d'ajouter des activités pour les enfants. 

« L'offre et le contenu de la programmation sont très solides cette année, mais je pense que si ce qui nous distingue vraiment des autres événements du genre, c'est que nous sommes bilingues. On offre tout dans les deux langues, pour que tout le monde puisse partager l'amour de la fibre », relate Mme Blanchard.

À noter que le Twist et la Triennale internationale des arts textiles en Outaouais ne sont pas organisés conjointement. Aucune collaboration n'existe entre les deux événements. Alors que le premier mise davantage sur le côté « festival » et kiosques, la Triennale met surtout l'accent sur le volet artistique et créatif, et se déroule sur une plus longue période de temps.

La programmation complète est disponible sur le site du festival: www.festivaltwist.org.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer