L'art indigène en lumière à Ottawa

La comédie néozélandaise Hunt for the Wilderpeople... (Courtoisie)

Agrandir

La comédie néozélandaise Hunt for the Wilderpeople

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'art autochtone est à l'honneur, cette semaine, alors que débute le Festival Asinabka, qui tient sa cinquième édition dans différents lieux d'Ottawa du 10 au 14 août.

Destiné à faire résonner en plein territoire algonquin la parole de créateurs indigènes venus des quatre coins de la planète, l'Asinabka Film & Media Arts Festival grossit un peu, puisque deux scènes accueilleront cette année des concerts de musique contemporaine autochtone.

La traditionnelle soirée d'ouverture aura lieu sur l'île Victoria avec le film Fire Song, présenté sous les étoiles. 

Le réalisateur Adam Garnet Jones et le comédien principal Andrew Martin assisteront à cette projection. La Ottawa Capital Pride (Fierté dans la capitale) est partenaire de cette présentation.

Le Musée canadien de la nature emboîtera le pas en proposant deux soirées cinématographiques consacrées au documentaire, tandis que la Galerie SAW et la Gallery 101 (un petit centre d'artistes à but non lucratif situé au 51, rue Young) accueilleront les cinéphiles en matinée ou tard le soir, ainsi que des expositions et des animations pour les familles.

Des films d'animation représentant les cultures inuit, maya, iroquoise, anishnabe et haïda constitueront la soirée de clôture, d'esprit plus grand public, quant à elle organisée dans la cour extérieure de la Galerie SAW.

La culture maorie et son cinéma sera sous les projecteurs, grâce à un partenariat avec le Wairoa Maori Film Festival. Au cinéma Mayfair, on peut par exemple apprécier (jusqu'à jeudi 11 août) la comédie néozélandaise Hunt for the Wilderpeople, réalisé par Taika Waititi (vu dans la télésérie Flight Of The Conchord). Son film met en vedette Sam Neill et Troy Kingi, qui présentera d'ailleurs le film via Skype. Enseignante à l'Université d'Auckland, en Nouvelle-Zélande, Deborah Walker-Morrison viendra donner une classe de maître (en anglais) sur le cinéma maori de fiction et la représentation de la culture maorie.

Parmi les autres films présentés durant l'événement, notons le long-métrage dramatique Chasing the Light, en présence du réalisateur Blackhorse Lowe.

On pourra découvrir le pop art autochtone à travers l'exposition... (Courtoisie) - image 2.0

Agrandir

On pourra découvrir le pop art autochtone à travers l'exposition collective Neon NDN. L'occasion de découvrir le travail d'Alison Bremner, entre autres.

Courtoisie

Du côté des arts visuels

Une exposition solo est consacrée à l'artiste inuit spécialisé dans le multimédia Geronimo Inutiq.

On pourra découvrir le pop art autochtone à travers l'exposition collective Neon NDN, qui mêle des artistes visuels de renommée internationale à ceux de la capitale fédérale. L'occasion de découvrir le travail de Kent Monkman, Sonny Assu, Tanya Linklater, Alison Bremner, Steven Paul Judd ou Natasha Keating.

Le volet musique réunira quant à lui Rise+Silla (union de Rise Ashen, d'Ottawa, au duo de chant de gorge Tumivut), Dio Ganhdih, Ziibiwan Rivers, Gentlemen Soundgoods, le chanteur blues Lyle Odjick, The Handsome Savages et VJ Paradise, samedi 13 août à partir de 19h.

Les soirées d'ouverture et de fermeture, ainsi que l'accès aux galeries d'art, sont gratuites. Un autobus sera affrété pour faire la navette entre les deux galeries: l'aller est prévu à 16h30 depuis la Galerie SAW jusqu'à la Gallery 101; retour à 19h.

Renseignements: www.asinabkafestival.org

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer