Le Festival country de Gatineau rajeunit

«Dans les cinq dernières années, on a rajeuni... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

«Dans les cinq dernières années, on a rajeuni notre clientèle de 30 ans», lance le président du Festival country du Grand Gatineau, Michel Gervais.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À en croire Michel Gervais, l'époque où les amateurs de country étaient regardés de travers est révolue. Alors que le 24e Festival country du Grand Gatineau tire à sa fin, le président de l'événement parle d'une édition plus jeune et plus populaire que jamais.

Le rajeunissement du festival a été particulièrement observable pendant les spectacles des mercredi et jeudi soirs, qui avaient comme têtes d'affiche la gagnante de l'émission La Voix Stéphanie St-Jean ainsi qu'Irvin Blais et ses musiciens. Même scénario le vendredi, avec sur scène un jeune doublé formé de l'ex-vainqueur de la même émission, Yoan Garneau, 21 ans, suivi de l'Albertain Brett Kissel, 26 ans.

« Dans les cinq dernières années, on a rajeuni notre clientèle de 30 ans, lance Michel Gervais. On sent que les gens ont de moins en moins peur de s'afficher country. On voulait avoir du recrutement pour les bénévoles, et on a eu des jeunes filles de 18, 20 ans qui se disaient country girls ! »

Le public ne s'est pas seulement diversifié en termes d'âge ; de plus en plus de visiteurs viennent d'ailleurs pour le festival. Cette année, pratiquement 45 % des quelque 23 000 festivaliers provenaient de l'extérieur de l'Outaouais. Première région au classement, l'Abitibi s'est vidée d'environ 650 de ses amateurs de country pendant les cinq jours de l'événement. En deuxième, les Laurentides - « naturellement, on est collés ! » -, en troisième, le Centre-du-Québec, et en quatrième, pour la première fois cette année, le Nord de l'Ontario. « Il y a eu les retombées économiques qui viennent avec ça. Cette année, on était dans les 1000 nuitées. L'an passé, on parlait de moins de 700 ; hier, tous nos hôtels partenaires étaient pratiquement pleins pendant les quatre nuits », ajoute le président.

Prochain défi : choisir le site qui accueillera sa 25e édition. L'entente de deux ans qui permettait au Festival d'installer ses chapiteaux et sa piste de danse en ligne dans le stationnement du Casino du Lac-Leamy tire à sa fin. Pour l'instant, rien n'est encore décidé quant au futur emplacement. « On est encore en négociations. Notre premier choix est de rester à côté de la plus grande attraction touristique de l'Outaouais. »

Quelle que soit la décision finale, Michel Gervais et ses collègues préparent déjà une activité spéciale à l'occasion du 150e anniversaire de la Confédération. L'été prochain, près de 300 chevaux trotteront dans le Vieux-Hull lors d'un défilé qui fera revivre au public 150 ans de l'histoire de Gatineau. Le projet a déjà reçu des subventions de la Ville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer