La Chine n'a rien laissé au hasard

Alain Bouthillier, directeur technique des Grands feux du Casino... (Partick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Alain Bouthillier, directeur technique des Grands feux du Casino du Lac-Leamy

Partick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jeudi, 16 h 30. Au bout du fil : le directeur technique des Grands feux du Casino du Lac-Leamy, Alain Bouthillier. Sous un soleil de plomb, il va et vient sur une barge de 107 mètres, le souffle dans sa voix trahissant parfois le mouvement de ses pas. D'un oeil expert et vigilant, l'artificier veille au grain, alors que ses dix techniciens secondent minutieusement l'équipe de la Chine - dont le spectacle WOMEN promet d'en mettre plein la vue, ce soir, en face du Musée canadien de l'histoire.

« La Chine veut gagner, s'exclame M. Bouthillier. L'entreprise Jeeton a même fait appel à des concepteurs européens qui connaissent déjà les lieux et dont l'expertise a servi à donner une couleur nord-américaine et européenne aux feux afin de mieux répondre aux goûts des spectateurs. Elle a mis toutes les chances de son côté. »

Fondée en 1979, Jeeton est menée par un jeune dirigeant de 40 ans, ce qui est plutôt rare en Chine. Habituellement, les sociétés pyrotechniques sont le lot des grandes dynasties, le savoir-faire étant transmis d'une génération à l'autre, du paternel aux héritiers. 

Manufacturier, distributeur, designer, concepteur et producteur, Jeeton réussit à se distinguer sur son propre territoire, là où quelque 1000 firmes se font pourtant concurrence. Dans un pays qui, rappelons-le, possède 2000 ans d'histoire dans le domaine, les premières fusées envoyées dans le ciel ayant servi à faire fuir l'ennemi en temps de guerre.

 Dujamais vu

« Chaque année, on fait le tour de la planète pour être à l'affût des plus récentes tendances et innovations, rappelle l'artificier québécois. Jeeton nous a été chaudement recommandée par plusieurs personnes sur le circuit. Elle arrive ici avec des produits spécialement conçus pour l'événement, qu'on n'a jamais vus auparavant. »

Les artificiers Guokay Tang et Dashu Deng, de... (Patrick Woodbury, LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Les artificiers Guokay Tang et Dashu Deng, de la firme chinoise Jeeton, arrivent avec des produits totalement inédits.

Patrick Woodbury, LeDroit

Et surtout pas au Canada. « La législation étant des plus strictes ici, voire la plus sévère dans le monde, il faut compter deux ans avant qu'un produit puisse voir le jour », explique-t-il. 

« Comparativement à ce que l'on trouve en sol canadien, les articles importés sont hautement sophistiqués. La Chine demeure un chef de file mondial, ce qui explique pourquoi la plupart des grandes sociétés d'ailleurs y ont installé des usines. Pour l'expertise... et les faibles coûts de production, bien sûr... »

Lumières au féminin

C'est sur le thème de la femme, rarement abordé dans le milieu, que sera lancé ce spectacle pyrotechnique à la fine pointe de la technologie: bombes, comètes, chandelles romaines et autres fusées valseront dans le ciel sur des airs de chanteuses ayant marqué les époques, de Nina Simone à Christina Aguilera, en passant par Amy Winehouse et Whitney Houston.

Soudain, Alain Bouthillier interrompt la conversion, le temps d'avertir un collègue que des embarcations s'approchent trop près de la barge. 

« Toutes les équipes ont trois jours pour monter leur installation, de 8 h à 18 h, beau temps, mauvais temps, sans oublier toute la sécurité entourant l'opération, reprend-il avec passion. Chaque fois que j'assiste au montage, mon coeur d'enfant s'éveille. Avec mes années d'expérience, je peux deviner à quoi ressembleront les peintures éphémères qui vont colorer le paysage. Et là, ce que je vois me plaît énormément. »

Est-ce à dire que la Chine a une longueur d'avance ? Entre deux éclats de rire contagieux, il s'empresse de nous ramener gentiment à l'ordre: jamais il n'admettra son penchant pour l'une ou l'autre équipe, question de ne pas influencer les juges qui détermineront à qui il remettront le prix Zeus, lors de la soirée de clôture. 

D'ailleurs, si vous croisez Alain Bouthillier, parlez-lui des Pays-Bas, de l'Estonie et de l'Australie : il se fera tout aussi verbomoteur que s'il aborde l'Empire du Milieu...

Pour y aller

Quand: Du 6 au 20 août 

Où: Musée canadien de l'histoire

Renseignements: www.feux.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer