CityFolk: de l'expérience à l'émergence

Charlotte Cardin et Vance Joy seront au nombre... (Archives, La Presse)

Agrandir

Charlotte Cardin et Vance Joy seront au nombre des têtes d'affiches du l'édition 2016 du CityFolk qui se déroulera au parc Lansdowne. Des groupes comme X Ambassadors et The New Pornographers seront aussi de la fête.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Entre les vedettes montantes de la trempe d'un Vance Joy ou d'un James Bay, celles en émergence telle la Québécoise Charlotte Cardin (découverte à La Voix), on pourra voir et entendre des artistes plus établies comme The New Pornographers et Basia Bulat, au parc Lansdowne, du 14 au 18 septembre.

Mais pour le directeur général de l'événement, Mark Monahan, qui dévoile la programmation du CityFolk mardi, les spectacles qui devraient le plus marquer l'imaginaire des festivaliers seront celles de nouveaux venus dans le milieu. Et de citer Rayland Baxter et ses sonorités country-folk ; Marlon Williams et ses accents bluegrass ; l'auteure-compositrice-interprète Julien Baker, et sa voix éthérée ; et John Moreland, « un véritable col bleu de la musique venant de l'Oklahoma ».

« Ils incarnent une toute une nouvelle mouture de jeunes artistes qui secouent le folk de façon extraordinaire et qui, s'ils ne sont pas les plus connus en ce moment, gagnent assurément à être écoutés parce qu'ils offriront des prestations mémorables », soutient celui qui a eu la possibilité de les entendre, notamment au festival South By Southwest.

M. Monahan est toutefois bien conscient que pour permettre de telles découvertes, le CityFolk doit aussi proposer des têtes d'affiche, « d'où la présence de The New Pornographers, X Ambassadors et Dan Mangan, ou encore des Vance Joy et James Bay ».

Il s'enthousiasme également de la présence de Charlotte Cardin, qui « a fait un tabac à la Semaine canadienne de la musique à Toronto » en mai dernier, mentionne-t-il. « Il y a un gros buzz autour d'elle en ce moment », renchérit-il, fier d'avoir pu l'inclure dans sa programmation.

Si cette dernière est surtout teintée de musique folk ou alternative, elle compte aussi une touche de country (avec la présence de Dean Brody), de rap/hip-hop (Joey Bada $$ et Lil B), de R & B (Bryson Tiller), de jazz (Lake Street Dive), voire de punk celtique (Dropkick Murphys) et de rock psychédélique, avec trois des quatre membres originaux de Vanilla Fudge (Mark Stein, Vince Martell et Carmine Appice sont aujourd'hui accompagnés de Pete Bremy à la basse).

La chute du dollar canadien, en janvier, n'a pas eu trop d'impact sur sa liste d'invités, soutient par ailleurs Mark Monahan.

« Aucun festival qui se respecte pourrait se passer d'artistes internationaux, reconnaît-il. On ne peut les exclure dans notre planification, mais on se fait évidemment plus prudents, pour rester dans nos budgets. Il faut alors être à l'affût ceux et celles qui sont en tournée au moment de notre événement, trouver un équilibre entre artistes d'ici et d'ailleurs, et établir des liens avec d'autres festivals. »

Ainsi, M. Monahan travaille en collaboration étroite avec le Turf Fest (soit le Toronto Urban Roots Fest), qui aura lieu du 15 au 19 septembre. « Eux aussi recevront The New Pornographers, Basia Bulat et James Bay. C'est une façon de limiter les coûts de déplacements, pour eux comme pour nous », fait-il valoir.

Le directeur du CityFolk se réjouit par ailleurs de tenir le festival pour une deuxième année consécutive au Lansdowne. Mark Monahan n'éprouve assurément aucun regret d'avoir quitté le parc Hog's Back pour tenir l'événement sur ce site, non seulement plus accessible pour le public, mais qui lui donne surtout la possibilité de mieux répartir les divers spectacles. Une scène sera d'ailleurs installée dans le pavillon Aberdeen, cette année.

« La beauté de l'endroit, c'est que toutes les scènes y sont vraiment séparées. Il n'y en a qu'une à l'extérieur, pour le spectacle principal de la soirée, éliminant du coup la distraction sonore pouvant provenir d'une autre scène, comme cela arrivait auparavant, et comme cela arrive encore au Bluesfest, par exemple. Ainsi, quand James Bay se produira dehors, il sera seul à le faire. Ça permet aussi aux gens de se concentrer sur une prestation à la fois, en fonction des choix qu'ils auront faits », explique M. Monahan.

Les organisateurs attendent plus de 50 000 visiteurs sur le site, en septembre. Les laissez-passer seront mis en pré-vente jeudi, puis en vente régulière le 17 juin.

Pour y aller

Du 14 au 18 septembre

Parc Lansdowne

cityfolkfestival.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer