Un Franco aux couleurs de l'été

Encore une fois, le vert et le blanc... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Encore une fois, le vert et le blanc seront à l'honneur au Franco, comme l'on démontré le député Francis Drouin, la ministre Madeleine Meilleur, le directeur artistique Laurent Vandeputte et la présidente Josee Vaillancourt.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un monstre sacré du reggae, l'Ivoirien Tiken Jah Fakoly, et le «renard» québécois aux origines sénégalaises Karim Ouellet viendront faire vibrer le parc Major, le 18 juin, en clôture du Festival franco-ontarien, qui fait une belle place à la diversité culturelle qui caractérise la francophonie cette année encore.

La programmation du FFO - dont la 41e édition se tiendra du 16 au 18 juin - a été dévoilée jeudi par sa présidente Josée Vaillancourt, qui promet «des spectacles uniques, conçus spécialement pour nous, et qui ne seront présentés qu'une fois».

Les festivités s'amorceront par un de ces spectacles «uniques», un grand opéra-rock intitulé En route vers 2017 - année des 150 ans de la Confédération canadienne. Il réunira des artistes provenant des 4 provinces fondatrices de la Confédération, soit l'Ontario, le Québec, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse, à commencer par Radio Radio, Swing, Gabrielle Goulet, Vincent Vallières, Lulu Hughes, Kevin Parent, Natalie Choquette, Geneviève Borne et les Porn Flakes.

En début de soirée du 16, les festivaliers auront pu apprécier le trio Pandaléon, les lauréats 2016 de Rond Point ainsi que le spectacle Tricotés serrés, donné par les élèves du secondaire du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) dans le cadre de Culture en fête.

Les jeunes du Conseil des écoles publiques de l'Est de l'Ontario (CEPEO) prendront le relais le lendemain avec leur propre prestation, Tissons des liens .

Outre Grégory Charles, qui offrira en soirée du sur-mesure au public du Franco, grâce à son concept de spectacle interactif, vendredi 17 juin verra aussi défiler les «coups de coeur» du directeur artistique du festival, Laurent Vandeputte: l'auteur-compositrice-interprète Mélanie Brulée ainsi que les Québécois Marco et les Torvis, qui proposent «une ambiance à la Colocs, c'est vraiment déjanté et très festif», laisse entendre M. Vandeputte.

Samedi 18 juin, Tiken Jah Fakoly partagera son... (Jean-Marie Villeneuve, Archives Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

Samedi 18 juin, Tiken Jah Fakoly partagera son dernier album, Racines, particulièrement bien reçu par la critique, et reprendra à sa sauce les grands classiques du répertoire reggae et ska.

Jean-Marie Villeneuve, Archives Le Soleil

Samedi 18 juin, Tiken Jah Fakoly partagera son dernier album, Racines, particulièrement bien reçu par la critique, et reprendra à sa sauce les grands classiques du répertoire reggae et ska. Il sera précédé du non moins populaire Karim Ouellet. Les Français de Radio Elvis et Yvan, le jeune artiste de Rond-Point qui a remporté le prix du FFO l'an dernier, leur réchaufferont les planches.

En matinée, samedi, Atchoum et le magicien Daniel Coutu viendront divertir les enfants. À midi, on pourra entendre Kelly Bado, après quoi sonnera l'heure des batailles musicales, dans la tradition du hip hop: pour le spectacle Planète urbaine, le rappeur Christian «Le R» - «à qui on aime donner des défis», a rappelé le directeur artistique - aura réuni quelques voix remarquables de la scène électro-urbaine. 

«C'est un style qui devient de plus en plus important», notamment pour les jeunes, a noté le directeur artistique, ravi de pouvoir ainsi séduire les nouvelles générations francos-ontariennes. 

Le festival est porté par «les couleur de l'été», dit-il en souriant, en référence  à la coloration ethnique de sa programmation, qu'il assume pleinement. Ceci dit, «je ne programme pas du noir ou du blanc. Je programme des artistes - qui font de la culture noire et qui amène avec eux une histoire intéressante. [...] Les écoles franco-ontariennes sont pleines d'enfants d'immigrants, et il faut leur faire une place, abattre les murs. Et le Canada est un pionnier» en la matière.

«Francophones, allophones et anglophones seront charmés par l'impressionnante programmation du Festival et ses multiples activités qui feront découvrir la culture francophone d'ici et d'ailleurs», a clamé la présidente Vaillancourt, devant les médias et dignitaires réunis à sa conférence de presse. 

Parmi eux, le député fédéral de Glengarry-Prescott-Russell, Francis Drouin, a profité de l'événement pour annoncer un coup de pouce de 240 000 sur trois ans au Franco.

Si le festival a connu des difficultés pécuniaires, il y a 11 ans, ses finances sont complètement redressées  à présent, et «on a su rebâtir la confiance de nos partenaires», souligne pour sa part M. Vandeputte. En outre, les liens  bâtis en réseau avec l'APCM et les conseils scolaires commencent à porter de beaux fruits, laisse entendre celui qui se prépare à aller représenter les artistes ontariens dans les Caraïbes.

Le Franco demeure «l'un des plus abordables en ville», a souligné Mme Vaillancourt. 

Les bracelets passeports sont disponible au www.ffo.ca (35$, ou 30$ en prévente d'ici le 15 juin) et, à compter du mercredi 25 mai, dans les succursales de la Banque Nationale d'Ottawa et de Gatineau, dans les Librairies du Soleil et au MIFO d'Orléans.

L'accès est gratuit pour les 12 ans et moins.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer