Le Rockfest se trouve des alliés de taille

Un partenariat vient d'être établi entre le Rockfest... (Étienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Un partenariat vient d'être établi entre le Rockfest de Montebello, le groupe Juste pour rire et l'étiquette de disques montréalaise La Tribu.

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Rockfest de Montebello a annoncé lundi la signature de partenariats avec le groupe Juste pour rire (JPR) ainsi que la maison de disques montréalaise La Tribu.

Ces deux importants joueurs dans la diffusion de spectacles au Québec et au Canada apporteront leur «soutien financier» au festival de Montebello, mais se contenteront d'un rôle d'organisation, en épaulant le Rockfest «à l'arrière-scène, au niveau du financement, des commandites et de la gestion», a fait valoir lundi le fondateur de la grande fête du rock, Alex Martel. 

Les ententes signées n'affecteront pas «l'indépendance, l'intégrité et l'identité» du Rockfest, a indiqué M. Martel, qui en conservera la direction générale et qui conservera l'entière responsabilité de la programmation artistique.

Alex Martel, président fondateur du Rockfest, est entouré... (Courtoisie) - image 2.0

Agrandir

Alex Martel, président fondateur du Rockfest, est entouré de ses deux nouveaux partenaires, Claude Larivée, des disques La Tribu, et Gilbert Rozon, du groupe Juste pour rire.

Courtoisie

Depuis plus de 10 ans, Alex Martel tient en solo la barre de ce festival montebellois, dont la taille n'a cessé de croître, au point d'attirer quelque 200 000 visiteurs depuis 2014. Pourtant, «depuis une couple d'années», il avait «l'impression d'avoir amené le festival aussi loin que j'ai pu, en faisant ça tout seul».

«Ça fait une couple d'année que différents gros promoteurs m'approchent pour envisager des partenariats, ou viennent à Montebello pour voir en personne ce qu'est le Rockfest, et je sentais que j'étais rendu à cette étape-là.»

Mais «il fallait que ça reste des partenaires au Québec», précise toutefois Alex Martel.

Pas de changements

JPR et La Tribu - ainsi que son partenaire d'affaires, la Compagnie Larivée Cabot Champagne (CLCC) - apporteront leur «expertise en production de spectacles, et des carnets de contacts tout aussi précieux», se réjouit Alex Martel. 

Le fait que le Rockfest ait commencé, ces dernières années, à intégrer des humoristes tels que Mike Ward, Steve-O ou Tom Green au milieu des groupes punk et heavy metal n'était absolument pas une manoeuvre destinée à paver la voie à l'équipe de JPR, présidé par Gilbert Rozon. 

Ce n'est qu'à l'été dernier qu'Alex Martel a appelé M. Rozon, qu'il connaît depuis plusieurs années, afin de l'aider à choisir des partenaires parmi les nombreux promoteurs qui avaient déjà sollicité le Montebellois.

«À ma surprise, [M. Rozon] m'a fait part de son intérêt. J'ai tout de suite senti que c'était un bon fit, parce qu'il vient du coin - Lachute, St-André d'Argenteuil, c'est proche de Montebello; ses débuts, il les a faits avec La Grande Virée, un festival rock - et il m'a toujours dit qu'il voyait en moi celui qu'il était quand il a commencé.»

Le Rockfest n'accueillera donc pas de scène supplémentaire dédiée à l'humour, et Alex Martel n'a pas non plus l'intention de programmer davantage d'humoristes, juste pour faire plaisir à son nouveau partenaire. «Ça va rester sensiblement le même nombre que dans le passé, deux ou trois.» 

Par voie de communiqué, Gilbert Rozon a affirmé lundi avoir «embarqué dans ce projet avec enthousiasme».

«Amener le Rockfest à un autre niveau»

«Nous sommes heureux d'aider Alex Martel, un jeune homme passionné et brillant, à amener le Rockfest à un autre niveau», a déclaré Claude Larivée, quant à lui président de l'ADISQ, gérant d'artistes et fondateur de la CLCC, qui chapeaute les disques La Tribu et La Factrie, ainsi que plusieurs salles de spectacles.

Le groupe CLCC n'aura pas non plus le loisir d'influencer le contenu du volet musical, promet Alex Martel. Lorsqu'on lui demande s'il devra éventuellement s'efforcer de programmer des artistes associés au groupe de M. Larivée, Alex Martel répond par la négative sans la moindre hésitation. 

«Je garde à 100% le contenu de la programmation. Essentiellement, j'ai accès à de nouvelles ressources; ce que ça va me permettre de faire, c'est de me concentrer sur mes forces: offrir une expérience "malade" aux festivaliers, et offrir une programmation solide. [Mes partenaires] savent qu'ils n'ont aucun intérêt à changer une recette gagnante.» 

Ces nouveaux partenariats ne sont pas un désavoeu des équipes locales qui se sont occupées de la logistique de l'édition 2015. Ainsi, P. Miron Consultants et Orkestra demeureront en poste.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer