Public et bédés au rendez-vous

Isabelle Bilodeau reçoit des mains de Michel Rabagliati une... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Isabelle Bilodeau reçoit des mains de Michel Rabagliati une copie dédicacée d'un de ses albums.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les succès s'enchaînent pour le Rendez-vous de la BD de Gatineau (RVBDG) qui continue de bâtir sur les réussites de l'année précédente. Ce week-end, l'événement a - pour une deuxième année de suite - battu ses records d'achalandage à la Maison du citoyen.

Le décompte officiel n'était pas terminé dimanche soir, mais on parlait au minimum de 1500 visiteurs au rendez-vous, ce qui dépasse largement les 1200 que l'événement avait attirés en 2014.

Non seulement les gens viennent plus nombreux, mais selon le président du RVBDG, Marc Trépanier, ils dépensent de plus en plus.

«Les ventes per capita augmentent. La BD a ça de particulier, c'est que les amateurs sont de grands consommateurs. Ils se procurent des séries au complet, ils aiment acheter les livres», explique M. Trépanier.

L'équipe du RVBDG continue de reconstruire l'événement.

«Ça fait du bien»

Inexistant pendant trois ans, le Rendez-vous en est à sa troisième édition depuis sa résurrection en 2013.

«C'est comme n'importe quel plan d'affaires, il y a plein de choses qu'on ne contrôle pas qui pourraient mal aller, mais quand ça marche, maudit que ça fait du bien.»

En ce moment, selon M. Trépanier, les succès du RVBDG sont dus aux réponses positives à plusieurs niveaux.

Évidemment, le public fait partie de l'équation, les auteurs aussi. Mais c'est également la participation des maisons d'édition et de partenaires comme la Ville de Gatineau.

«Sans la Ville de Gatineau, il n'y aurait pas de Rendez-vous», résume Marc Trépanier.

La présence du programme de bande dessinée à l'Université du Québec en Outaouais est également un facteur important dans les résultats obtenus par le RVBDG, croit son président. C'est une relation gagnante pour les deux parties. Le Rendez-vous peut compter sur une pépinière de talents locaux tandis que ces talents obtiennent une vitrine durant le week-end.

Trop tôt pour dire ce qui attend les amateurs de BD au Rendez-vous en 2016, mais il y a fort à parier que les organisateurs continueront de miser sur les auteurs indépendants du Québec. La présence de Michel Rabagliatti ce week-end n'est qu'un exemple de plus de l'attrait des talents locaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer