Le Bluesfest, de fun. à Rush

Le légendaire B.B. King sera en spectacle le... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Le légendaire B.B. King sera en spectacle le 14 juillet, pour mettre un point final à l'édition 2013 du Bluesfest.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partager

Sur le même thème

En plus de B.B. King, les Dixie Chicks (avec Natalie Maines), les trois jeunes membres de fun. de même que les trois vieux routiers de Rush, Zac Brown Band, Marianas Trench, The Tragically Hip, Weezer, Amadou & Mariam, The Cat Empire et le Wu-Tang Clan font partie des têtes d'affiche qui prendront d'assaut l'une ou l'autre des scènes du Bluesfest, entre les 4 et 14juillet prochain.

L'édition 2013 marquera aussi une troisième présence en autant d'années pour le DJ Skrillex, sur les plaines LeBreton, cet été. C'est d'ailleurs lui qui, avec B.B. King, mettra un point final à l'événement, le 14juillet. Une paire pour le moins étonnante? «C'est la beauté d'un festival: il faut toujours s'attendre à l'inattendu!» s'est exclamé Mark Monahan, le directeur général du festival.

«Ça fait longtemps déjà qu'on essaie d'attirer B.B. King au Bluesfest et nous sommes très fiers de l'accueillir pour la première fois cette année. Quant à Skrillex, il a donné le spectacle le plus couru du festival, l'été dernier. Qu'il accepte de revenir pour une troisième année d'affilée prouve à quel point il aime jouer chez nous», a renchéri M.Monahan, lors du dévoilement d'une partie importante de la programmation.

Des envolées endiablées entre traditionnel et trash des Écossais Flogging Molly aux harmonies vocales du couple Amadou Bagayoko et Mariam Doumbia; des remix de sonorités évoquant les pow-wow des DJs d'Ottawa A Tribe Called Red au rock latino de Los Lobos; du country-rock d'Alejandro Escovedo au phénomène web australien Atlas Genius, en passant par le blues de Kenny Wayne Sheperd, d'Eric Burdon et de Mitch Ryder: il y a en aura assurément pour tous les goûts.

«Notre éternel défi, c'est de ratisser assez large pour plaire au plus grand nombre, qu'on aligne les gros noms aux artistes moins connus, qu'on ramène des groupes que les gens prennent plaisir à retrouver d'une année à l'autre, tel Great Big Sea, ou qu'on profite d'un buzz, comme la réunion de Wu-Tang Clan pour une tournée estivale, par exemple», a fait valoir Mark Monahan.

Plus de détails dans LeDroit du 27 février 2013 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer