4:44, par Jay-Z ****

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Geneviève Turcot

Collaboration spéciale

Le Droit

Shawn Carter a décidé de descendre de son piédestal et de mettre de côté son personnage arrogant pour revenir le temps d'une très courte galette - même pas 40 minutes au total - le rappeur pertinent qui a fait sa renommée.

Un 13e album sensible, honnête et certainement l'un de ses meilleurs depuis fort longtemps. Dès l'intro, sur Kill Jay-Z, il expose ses démons, ses erreurs et ses plus récentes frasques. La table est mise pour The Story Of O.J., où il dénonce les tensions raciales avec cette habileté qui lui a permis d'être le premier artiste hip-hop à être intronisé en juin dernier au Panthéon des auteurs américains. 4:44 n'est pas une réponse au Lemonade de sa belle, même si la matière première (la trahison et les excuses) est semblable.

Album de famille, Smile évoque l'homosexualité de sa mère, tandis que Beyoncé chante sur Family Feud. La fille du couple, Blue Ivy, apparaît aussi aux crédits de Legacy.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer