Witness, par Katy Perry ***

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Nouveau look. Voix moins rugissante, aux accents plus graves.

Questionnements existentiels débouchant sur des textes un peu plus crus (à preuve, cet avertissement pour propos explicites accolé pour la première fois sur l'une de ses pochettes).

Ambiances à saveur techno chaloupantes, certes, mais plus sombres. Même ses ballades Miss You More et Save As Draft se font plus mélo.

Sur cette quatrième galette, Katy Perry s'éloigne définitivement de l'univers sucré de Teenage Dream. Hey Hey Hey et Power font plus écho à Piece Of Me et Roar dans leur volonté d'affirmer sa résilience. Elle règle aussi ses comptes : « A tiger/Don't lose no sleep/Don't need opinions/From a shellfish or a sheep... Swish, Swish, Bish ».

S'adresse-t-elle à sa rivale Taylor Swift - qui annonçait le retour de 1989 sur Spotify le jour-même du lancement du Witness ? Prenant le monde à témoin, Perry prétend régner sur la pop. Witness marque à tout le moins un virage vers la maturité. 




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer