Éléphant, par Shawn Jobin ***

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Le  rappeur fransaskois de 23 ans Shawn Jobin est en plein essor.

Éléphant paraît dans la foulée du prix Trille Or remporté pour le vidéoclip de Fou et d'un Prix Portée (de Radio-Canada). Au côté de D-Track, Jobin faisait vibrer en novembre le Coup de coeur francophone... signe que le Québec frémit aussipour sa parole mordante, son flow vif et souple, et la modernité de ses paysages électroniques, qui ne manquent ni de textures ni d'amplitude. Le disque est coréalisé par Mario Lepage (de l'excellent groupe électro-rock Ponteix) et Sonny Black (Dubmatique, K-Maro, Yao). Difficile de déceler les Prairies de son ADN, mais nous voilà agréablement loin du rap de ruelles. Les vagues world-pop de Danse ta vie devraient faire danser les radios tout l'été. Le dub chaloupé de So close fait fondre. Le voile freejazz du saxo qui plane sur La Déroute enivre. Jobin aborde  sans trébucher la ladie mentale, la transexualité, la pauvreté, l'illumination (Mon Shambala, tonique) et la fragilité (Coeur de pomme).




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer