Portfolio, par Geneviève Leclerc ***

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Elle a pourtant du souffle et des sourires, Geneviève leclerc. On en a été témoin à La Voix l'an dernier.

La Gatinoise semble s'être imposé beaucoup de retenue, en enregistrant Portfolio. Ce premier album à son nom réunit 11 titres (des reprises, surtout) modelés pour sa voix jazz et son tempérement théâtral. Des chanosns classiques bien souvent adoucies, à commencer par le What's Up, qui troque la colère de 4 Non Blondes pour la fragile inquiétude/incertitude du point d'interrogation.

Surprenant, mais très réussi !

Idem pour le Calling You (de Bagdad Café), qui se sirote en douceur, parfumé de tendresse, non de douleur. Sa magistrale version du Je suis malade de Serge Lama, qui avait soufflé coaches et téléspectateurs, trouve niche ici. On s'en réjouit. Et on en profite pour porter attention à l'impressionnante gymnastique vocale qui soutient l'épure. L'interprète laisse parfois poindre un léger accent (indéfinissable), mais Portfolio est en rupture totale avec la comédie musicale - milieu dans lequel Geneviève Leclerc évolue depuis qu'elle est adolescente.

Loin des pimpantes boursouflures, et malgré quelques parenthèses plus explosives (Tu es mon autre, en duo avec Éric Lapointe), le disque plonge dans l'amertume blue note, pour mieux explorer des émotions en demi-teintes. Subtilité qu'elle partage avec son réalisateur Toby Gendron.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer