This Island, par Alejandra Ribera ****

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / This Island baigne dans une douceur empreinte de nostalgie et un optimisme solaire qui font du bien à l'âme, même quand Alejandra Ribera chante la perte.

En témoignent les cuivres chaleureux, résolument tournés vers la lumière, sur Led Me To You et Will Not Drown; qui bercent tantôt le piano mélancolique de Blood Moon Rising, tantôt les guitares (é)mouvantes de Undeclared War(sur laquelle elle livre quelques mots en français).

Mais aussi les cordes délicates qui servent d'écrin aux siennes sur Soft Place To Land. Car en témoigne surtout la maturité de la voix d'Alejandra

Ribeira, qui s'ouvre, s'envole, tournoie entre ciel et terre, entre fragilité assumée et sérénité trouvée. Est-ce parce qu'elle chante dans la langue de sa mère écossaise? Toujours est-il qu'on savoure la parenté émotionnelle et artistique avec Damian Rice dans ce nouvel album de l'auteure-compositrice-interprète.

Dès lors, on ne peut que souhaiter le naufrage en s'échouant à répétition sur l'une ou l'autre des magnifiques plages de son île!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer