Starboy, The Weeknd ***1/2

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Une manière de débuter l'album comme un moustique qui nous tourne autour des oreilles? The Weeknd l'avait déjà fait (avec succès) sur High For This en 2011.

Retour du moustique de bon augure sur Starboy, le premier titre de l'opus éponyme électrisé par la présence de Daft Punk. Disque de givre et de souffle glacé, tout en nappes électro et blizzard rythmique, Starboy est aussi le disque fournaise de l'année.

« I'm good, I'm good, I'm great », chante lascivement le chanteur canadien d'origine éthiopienne, né Abel Tesfaye, à Scarborough, il y a 26 ans.

Toutes les influences de l'électro y passent: garage house sur Rockin', électro-rock sur False Alarm ou encore électro-funk (A Lonely Night). L'ensorcelante présence de Lana Del Rey apporte une parenthèse lynchéenne sur Stargirl Interlude.

Un disque qui donne, dans un esprit R&B, envie de danser pieds nus sous les palmiers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer