Désavantage numérique, des Dales Hawerchuk ***

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Avec ses grooves tonitruants, sa rythmique colérique et ses turbulences «Nirvanesques», Désavantage numérique, quatrième coup de gueule rock des Dale Hawerchuk, arrive à point pour ébrouer la torpeur hivernale.

Leur boîte s'ouvre sur Pandore, qui nous replonge dans les constellations sonores de Galaxie.

Pas de hasard, puisque le quatuor compte dans ses rangs Pierre Fortin (batterie, réalisation, guitare et claviers), aussi membre en règle de Galaxie.

Olivier Langevin est aussi venu débrider sa guitare sur quatre titres. En mode Commando, le quatuor déchaîne, dans une tempête de riffs, 11 calamités aussi réussies qu'abasourdissantes - quoiqu'un peu trop ressemblantes entre elles.

Durée totale de l'avalanche: 28 minuscules minutes.

Oui, les Dale ont pesé sur le gas. Ils en ont profité pour réunir dans l'urgence Du gaz pis des allumettes. Pour charroyer un hommage agité à Lemmy (de Motörhead). Et pour fouetter leur boogie-woogie/rockabilly intérieur (Jupe noire).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer