Goodnight City, de Martha Wainwright ****

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Toujours aussi émouvante, Martha Wainwright.

Tout à la fois solide et délicate, subtile, féconde. Pas moins mélodiquement inspirée que sur Come Home To Mama. Goodnight City s'ouvre sur la délicieuse Around The Bend.

La suite coule de source: paysages pop richement texturés, portés par les modulations et tressaillements d'une voix incroyablement souple.

Qui sinue, rivière d'or, tour à tour berçante, nourricière, riante ou tumultueuse. Qui s'insinue jusqu'au canal auditif pour y déposer ses mélancoliques alluvions.

Parmi les collaborateurs: Thomas Bartlett (The Gloaming) à la réalisation et Michael Oondatje (l'auteur du Patient Anglais), qui lui a offert un poème. Clin d'oeil familial, les voix de Rufus Wainwright et Anna McGarrigle planent sur Look Into My Eyes, dentelle électro qui vogue jusqu'à cette halte jazzée au saxo et ces digressions en français. Le frère et la tante co-signent quelques compositions.

L'esprit live de l'enregistrement témoigne de la quête d'osmose entre voix et instruments.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer