Compass, de Compass ***

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Compass, qui fusionne les créativités débridées de Camilo Lara (géniale tête pensante du Mexican Institute of Sound et de Mexrrissey [Mexico Goes Morrissey]) et de son compatriote Toy Selectah (fondateur du trio hip-hop Control Machete), n'est pas aussi limpide que MIS.

Il ne donne pas moins une furieuse envie de danser en hurlant nos envies de soleil et de piña colada, surtout sur la deuxième « plage », Exploter, où figurent aussi Rob Birch (Stereo MCs) et Kool A. D (Das Racist).

On entend ici la voix de Eugene Hutz (la moustache de Gogol Bordello) ; là, celle du comédien Gael García Bernal, parmi une trentaine d'artistes.

Ça représente parfaitement l'esprit de ce projet par essence ouvert aux collaborations multilatérales, siphonneur de talent où qu'il se trouve sur la planète (compass signifie boussole), pour mieux l'intégrer à ses transes, qu'elles soient d'obédience dance-pop, bossa funky, cumbia ou technoïde.

Un projet qui cherche à prouver « qu'il n'y a au final qu'un seul et même dancefloor » universel. Le collage est ludique, éclectique, frénétique, aveuglant.

Forcément inégal, mais on en redemande.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer