Love & Hate, de Michael Kiwanuka ****1/2

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Moins d'une semaine après sa sortie, l'album s'est hissé en tête des palmarès britanniques. Voilà une rencontre au sommet qu'il serait dommage de ne pas honorer.

Le rythme typique de la Motown, qui avance comme une machine infernale à provoquer des transes ou des coups de blues, la jolie voix soul de Michael Kiwanuka qui va droit au coeur...

Comme un assembleur fait du vin avec des cépages différents, ce chanteur et guitariste londonien propose un son neuf avec de l'antique musique afro.

On retrouve la ferveur blues des worksongs dans I'm A Black Man In A White World, des envolées « floydiennes » ambitieusement déployées sur 10 minutes dès la pièce d'ouverture, Cold Little Heart, avant les frissons d'une complainte déchirante, Falling et la suivante, Place I Belong, soulevée par des choeurs féminins tumultueux... non sans rejouer l'éternel combat du Bien et du Mal.

Une des plus belles surprises de l'été.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer