Windigo, d'Alexandre Désilets ****1/2

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Windigo, c'est 17 musiciens (dont Robbie Kuster, Olivier Langevin, Mathieu Désy) sous la direction de Benoît Groulx, mis en valeur par les captations de Rob Heaney.

C'est le projet merveilleusement à contre-courant d'Alexandre Désilets. En revisitant ainsi 10 de ses titres (plus deux inédites), le natif de Gatineau séduit.

Encore et plus.

Les arrangements soignés de François Richard catapultent les textes et mélodies de l'auteur et compositeur dans de nouvelles dimensions; en font des écrins soyeux pour la voix, de plus en plus libre et affirmée, de l'interprète.

Avec ses choeurs et ses accents tribaux, Plus qu'il en faut se fait voluptueusement (im)pulsive. Perle rare s'écoute telle une goulée d'oxygène, sans jamais s'essouffler. Délicatement servie guitare-vents-cordes-voix, J'échoue bouleverse, à l'instar de Rejoins-moiLes Prévisions se teinte d'un air trouble, presque menaçant.

Bref, on est très loin des banales relectures.

Désilets déploie ici la pleine mesure de son talent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer