Éléor, de Dominique A ****

Le DroitMaud Cucchi 4/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Douze chansons pour ce dixième album studio de Dominique A. Douze chansons qui agrippent l'auditeur dès le Cap Farvel avec ses tons d'amour brumeux, ses désirs suspendus en bord de mer: ce n'est pas forcément la voix de Dominique A qui séduit, sans aspérité et trop posée, mais son immense talent d'auteur-compositeur.

Une profonde mélancolie a toujours fait le sel de sa musique. S'y ajoute une patine lyrique et sonore que seuls peuvent apporter l'épreuve, la maîtrise des émotions, le passage du temps et le passage tout court.

Chaque chanson est habitée d'une traversée: Par le Canada célèbre à grandes envolées de cordes ces «rêves que l'on ne refuse pas» (jusqu'à «downtown Ottawa»), Au revoir met en scène un amour échappé, Semana santa la compagne fantasmée d'une vie, «celle qui ne me quittera jamais». Chaque chanson concentre ainsi des épanchements épars, toujours au bord extrême de la pudeur.

Émotions transmuées en mouvements océaniques; à écouter bercé par le ressac.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer