Morituri, de Jean-Louis Murat ***

Le DroitMaud Cucchi 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au sortir de l'hiver, à l'heure où les plaines canadiennes peinent à reverdir et les bougeons à sortir, il fait bon écouter Jean-Louis Murat.

Les oreilles engourdies ne pourront pas rester insensibles aux corolles de lumière et giroflée des moraines de French Lynx, au vent chaud soufflant d'Espagne du Chant du coucou, au murmure des flots la Nuit sur l'Himalaya.

En sus de ses paysages naturels et paroles fleuries, Jean-Louis Murat nous offre un charmant parcours musical où l'on baguenaude le long de petits villages pas si paisibles: Satan y ouvre une nouvelle usine (Interroge la jument), Tous mourus dépeint un village chabrolien où les artisans disparaissent mystérieusement, La Pharmacienne d'Yvetot a même une chanson à son nom...

Tranchant avec la verdure bucolique du périmètre boisé, on se repaît aussi de grands espaces métaphoriques où le cafard n'est pas qu'un animal qui fait carnage chez les colibris.

Un album qui vaut le détour.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer