Reste la lumière, d'Angélique Ionatos ****

Le DroitYves Bergeras 4/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Peu de voix savent faire voyager l'émotion aussi bellement que celle d'Angélique Ionatos, dont le chant, tout à la fois clair et crépusculaire, puise ses vibrations dans les lamentations funéraires des pleureuses de la Grèce antique.

Une voix comme une lame de fond. Puissante. Renversante. Anéantissante, parfois. Capable de donner corps à des poèmes qu'on sait fabuleux, sans comprendre un traître mot de grec... La cantatrice se prête à cet exercice depuis 40 ans, guitare classique en main, bien entourée de musiciens aux doigts magiciens. Ici, entre autres, sa complice vocale Katerina Fotinaki et le contrebassiste Renaud Garcia Fons.

Reste la lumière est la réponse de Ionatos à la crise socio-économique de son pays accablé. Des larmes et angoisses qu'elle livre non dans un gémissement de nécropole, mais dans une douleur sobre et digne. Courage! scande-t-elle, en fixant Phoebus droit dans les yeux.

Pénétrant!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer