Moon Turn Red, de MonkeyJunk

Le DroitYves Bergeras 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plus de doute: MonkeyJunk est là pour durer.

Dès Light It Up, pétaradante ouverture, le trio blues-rock ottavien allume la mèche d'un joli feu d'artifices. Sur ce quatrième disque studio, Steve Marriner (voix, harmonica, claviers, guitare baryton), Tony D (guitare) et Matt Sobb (batterie) trouvent des mélodies franchement instinctives, servies sur des riffs rock brûlants et des grooves qui corrodent. On n'y fait l'économie ni de sueur, ni de ruine-babines, ni des pédales wah wah.

La fièvre nous gagne quelque part entre Love Attack, chaloupée de soleil et de sensualité, et Live Another Day, explosion de sonorités vintage. Le trio reprend avec assurance (et hilarité) le Hot Hot Papa de David Wilcox. L'hommage est approuvé par Wilcox, venu en personne les épauler à la guitare, sous la supervision de Colin Cripps (Blue Rodeo).

Le reste est coréalisé par Ken Friesen, qui affûtait les précédents albums du trio.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer