Crosseyed Heart, de Keith Richards

Le DroitYves Bergeras 4/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Keith Richards n'est certes pas le plus prolifique des rockeurs: Crosseyed Heart n'est que le troisième disque solo (le précédent date de 1992) du guitariste des Rolling Stones.

S'amuse-t-il à éclipser sa propre sortie? Mardi, en pleine promo, il lâchait un boulet de canon: les Stones enregistreront l'an prochain leur premier album en 10 ans. Sabotage? Stratégie? Qu'importe, son Crosseyed Heart est subtil, senti, précieux.

Le vétéran charme par l'étendue de sa palette. Guilleret mais feutré, et en pleine possession de ses doigts noueux, Richards manipule reggae, country et blues avec la même souplesse, qu'il soit aux guitares, à la basse ou au piano. Suspicious permet d'apprécier pleinement la douceur de sa voix caressante. Norah Jones l'accompagne en duo sur Illusion, plus jazzée. Difficile de s'affranchir totalement des Stones, dont l'influence se fait plus notable sur Heartstopper ou Trouble.

C'est coécrit et coproduit par Steve Jordan.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer