Male, de Natalie Imbruglia

Le DroitYves Bergeras 2/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après l'échec commercial de Come To Life (2009), paru sous l'étiquette indépendante Malabar qu'elle avait fondée pour l'occasion, Natalie Imbruglia rentre dans le rang des majors (Sony) et des sentiers battus.

Sur Male, la chanteuse/modèle australienne revisite les succès de 13 voix mâles qui l'ont toujours fait vibrer. Celles de Cat Stevens (The Wind), Damien Rice, Tom Petty (The Waiting), Pete Townshend ou le Zac Brown Band, entre autres. L'inspiration ne fait pas défaut, ici. L'habillage organique-acoustique apporte une agréable fraîcheur à Instant Crush de Daft Punk, mais le reste, malgré de jolis arrangements, laisse tiède. Douce, sensible, mais très propre et trop claire, la voix peine à véhiculer l'émotion et les subtilités des voix originales, souvent plus veloutées (Damien Rice) ou cabossées (Neil Young). Un disque-compilation de reprises est un exercice assez périlleux... Mignon, bien arrangé, mais un peu fade, l'album est réalisé par Billy Mann, collaborateur de P! nk, Céline Dion et Sting.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer