Quand on s'aime, de Térez Montcalm

Le DroitIsabelle Brisebois 4/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Les standards de jazz en français se faisant quasi inexistants, Térez Montcalm fait plaisir à ses fans - et à elle-même - avec un nouvel album qui sublime dans la langue de Molière ce genre musical.

Accompagnée de Gil Goldstein à la réalisation et au piano, son complice depuis l'excellent Here's To You en hommage à Shirley Horn, la chanteuse pose sa voix suave sur des classiques, les triturant si talentueusement à sa façon. Cette voix se fera tantôt presque chuchotante (L'amour, c'est comme un jour), parfois puissante (Chagrin d'amour), mais toujours toute en nuances (La belle vie, Que veux tu que je te dise) pour nous parler d'amour, thème qui traverse l'opus. Les notes de guitare, les cascades de piano et les soupirs de saxophone se répondent délicatement dans des arrangements finement ciselés.

En voiture, autour d'une bonne table, au lit le matin, sur le divan collé-collé le soir, l'album se savoure en tout temps.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer