Beautiful Scars, de Lee Harvey Osmond

Le DroitYves Bergeras 4/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le titre ne ment pas: les cicatrices qu'arbore Lee Harvey Osmond (LHO) sur son «troisième» album sont magnifiques.

Osmond est à la musique roots ce que Nick Cave et Tom Waits sont au rock. Derrière ce personnage hirsute à la voix de cimetière hanté, se cache le guitariste Tom Wilson, vieux routard qui a longtemps sévi à la tête de la formation blues-rock Junkhouse et qui cartonne à présent au sein de Blackie & the Rodeo Kings.

Un bagage lourd de trois décennies, ça laisse des marques.

L'Ontarien se triture donc les balafres, et l'âme qu'il a burinée, mais son réalisateur - Michael Timmins, des Cowboy Junkies - lui interdit toute pleurnicherie. Osmond fait dans le spleen zen et le rictus acidulé. Dans la ballade d'outre-tombe, nimbée d'atmosphères terreuses, feutrées ou cuivrées. Des volutes opaques, mais douces, rêveuses émanées des entrailles d'un volcan qui sommeille.

Voluptueux!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer