Si l'aurore, de Marie-Pierre Arthur

Le DroitYves Bergeras 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les deux amoureux qui s'embrassent à pleine bouche sur la pochette de Si l'aurore ne trompent pas sur ce qui se trame sous la couverture: Marie-Pierre Arthur explore le désir. Loin du folk vaporeux, la bassiste se fait suave, voire charnelle. On est dans le plaisir des sens.

Coquines, les basses ondulent (et le bassin suit) entre caresses soul langoureuses, vertiges passionnés et grooves très seventies, dessinant sans grande ambiguïté des ambiances de chambre à coucher, parfois tendres (Dans ma tête), parfois plus moites (Comme avant, où s'envole le saxo érogène de Yannick Rieu).

Calmez-vous: on est dans le charme espiègle et sensuel de la pin-up, pas dans le soft porn. Ce disque amoureux est réalisé - sans surprise - par son conjoint, François Lafontaine (Karkwa).

Lascive, mais fidèle, Arthur s'est entourée de ses traditionnels complices (Gaële, Louis-Jean Cormier, Olivier Langevin,etc.), auxquels s'adjoignent Joe Grass et Samuel Joly, au jeu plus tonique.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer