Une île, de Jérôme Minière

Le DroitYves Bergeras 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Avec Une île, Jérôme Minière signe un disque-fugue délicieusement impressionniste, où l'artiste esquisse d'une encre ludique des paysages exotiques ou fantaisistes. Un album «Souchonien», qui cherche «le frisson doux de l'été», au détour d'un Jardin sauvage ou d'un galbe (Le tatouage sur le dos de tes pensées, aussi caressant que le titre est velouté).

S'il a, comme toujours, la poésie ludique et le coeur léger, Minière porte en bandoulière une lassitude. La grisaille du Bric à brac postmoderne se dessine en filigrane. Malgré son électrolyse pop, Une île demeure un disque bleu aux langueurs océanes, où pointent les «Ah! si...» et les regards furtifs vers l'horizon des libertés.

L'envie lui prend d'Appuyer sur stop. et de ralentir le tempo en osant la prose, en appelant à la rescousse le poète Pessoa (Je ne suis pas pressé) ou la figure allégorique de L'ennui... qui cherche sa place.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer