White Sage, de Kensico

Le DroitYves Bergeras 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Kensico se dit nomade, ce dont on ne doute pas, à sillonner ses paysages sonores.

Née Gaëlle Bellaunay, Kensico a quitté sa banlieue parisienne pour écumer les plaines de l'Amérique du Nord, avant de s'établir à Montréal. Là, elle se lie d'amitié avec un compatriote expatrié, le chanteur Daran. Lequel coécrira avec elle la plupart des chansons de White Sage (toutes anglophones, sauf une exception), se glissera derrière chaque instrument présentant au moins une corde, puis réalisera l'album.

Le duo est allé s'enregistrer dans le désert californien, à Josuah Tree, où la voix envoûtante et les impeccables mélodies de cette PJ Harvey rêveuse ont séduit deux bidouilleurs renommés, Mathias Schneeberger et Chris Goss, «parrain du desert rock», qui cooptent le projet.

Entre poussière (les saturations grunges) et belle étoile (rock planant), l'album dévore l'asphalte comme la trame sonore idéale d'un road movie signé Oliver Stone.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer