Paris, de Zaz

Le DroitMaud Cucchi 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Du Paris, en veux-tu en voilà, c'est le dernier album de Zaz, que l'on a d'abord considéré comme un pari marketing bien malin. Cette héritière d'Édith Piaf connaît un succès fulgurant à l'étranger; le concept de réinterpréter 13 chansons sur Paris était peut-être bateau, mais finit par faire mouche.

L'initiative évite habilement le sentiment d'essorage d'un répertoire déjà trop exploité. Comme si Zaz, en parfaite pétroleuse d'une chanson décomplexée, avait une voix prédestinée pour ressusciter ces airs dont plusieurs sont devenus des hymnes. On retrouve un bel hommage en duo avec Charles Aznavour sur J'aime Paris au mois de Mai. Il y a les incontournables, certes, Champs-Élysées, J'ai deux amours, et les autres, loufoques à souhait, un brin provocateurs, que l'on (re)découvre avec grand plaisir.

Lorsque Zaz chante à gorge déployée La Parisienne (décomplexée), ou Paris (très) canaille, on lui pardonne ce moment d'égarement dans la nostalgie qui dit tant, finalement, aussi de notre époque.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer