Sleeping Operator, de The Barr Brothers

Le DroitValérie Lessard 4/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Des berceuses nouveau genre, biberonnées au blues teinté de folk. Ou au folk mâtiné de blues.

Avec une touche de country ici. Voire un parfum de rock là. The Barr Brothers revient avec une deuxième galette organique, transgressant joyeusement les frontières entre les genres.

À preuve, les accents asiatiques de la harpe de Sarah Pagé répondent avec ferveur aux rythmes africains portés par le ngoni du musicien invité Abou Sissoko sur l'excellente Little Lover, dans un foisonnant et heureux mariage.

L'intense Half Crazy laisse pour sa part entendre toute l'énergie que le quatuor peut dégager sur scène, quand les cordes de la harpiste se dégomment de leur côté classique pour rocker et donner la réplique à la guitare suintante de Brad Barr, à la batterie lourde de son frangin Andrew et à la basse électrisante d'Andrès Vial.

Entre la tendresse de How The Heroine Dies et la mélancolie du lâcher prise de Please Let Me Let it Go, The Barr Brothers nous ouvre des bras dans lesquels on se vautre avec bonheur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer