Marie Chouinard fait danser les arts visuels

C'est la Fondation Jérôme Bosch qui a approché... (Courtoisie)

Agrandir

C'est la Fondation Jérôme Bosch qui a approché la chorégraphe Marie Chouinard, pour fêter le 500e  de la disparition du peintre. Inspirée par son Jardin des délices, elle vient présenter le résultat de son travail à Ottawa.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La multiplication des manifestations estivales, la tempête Canada 150 et le 30anniversaire du Festival Danse Canada (FDC) depuis sa création. Secouez le tout et vous obtenez un cocktail qui perfore les frontières en brouillant la carte des disciplines.

Les 14 et 15 juillet, la présence de la compagnie Marie Chouinard marque un temps fort du FDC. Dans son giron, la danse s'acoquine à l'art visuel avec Jérôme Bosch: le jardin des délices (14 juillet), suivi le lendemain de In museum, performance inédite pour deux danseuses installées aux abords du Musée des beaux-arts du Canada. L'occasion de vérifier que, décidément, non, la danse n'est pas une pièce de musée.   

Jérôme Bosch, comme une évidence

Pour fêter le 500e anniversaire de la disparition de Jérôme Bosch, en 2016, la Fondation du peintre, basée au Pays-Bas, a approché la chorégraphe québécoise. 

«Je refuse toujours les propositions de création, prévient-elle, mais j'ai accepté celle-là comme une évidence.»

Ses raisons? L'oeuvre tout entière du peintre hollandais semble habitée par le péché originel, l'enfer, la folie humaine, qu'il développe autour de grands retables comme le Jardin des délices, pièce maîtresse peinte au tournant du XVIe siècle. Marie Chouinard en loue la vigueur des coloris, «d'une fraîcheur fantastique», la composition, «d'une modernité affolante», et la liberté de cet artiste médiéval, «d'une actualité sidérante».

Art visuel et danse opèrent ensemble chez Marie... (Courtoisie) - image 2.0

Agrandir

Art visuel et danse opèrent ensemble chez Marie Chouinard.

Courtoisie

Trois tableaux constituent ce triptyque qui représentent l'enfer, le jardin des délices et le jardin d'Éden - panneaux dont s'inspire la chorégraphe et ses 10 interprètes pour les trois parties du spectacle.

«Je ne développe pas une approche intellectuelle ou historique des oeuvres artistiques. Je préfère croire que d'âme à âme, quelque chose peut se passer, que face à une oeuvre, ce courant-là me touche.»

D'abord écouter la respiration du tableau, reprendre son souffle et se laisser habiter par la rencontre... L'art pictural a toujours été présent chez Marie Chouinard, depuis son adolescence, où Picasso exerçait sur elle «une fascination et un émerveillement», jusqu'à plus récemment, avec l'Américain Cy Twombly, figure de son tout récent spectacle pour les Ballets de Monte-Carlo.

«Adolescente, mon premier contact avec l'art fut à travers les expositions. Ce n'est que plus tard que j'ai compris que la danse était un art.»

Art visuel et danse opèrent ensemble chez Marie Chouinard. Ils se nourrissent, fructifient, se relancent dans un savant méli-mélo qui trouve son incarnation dans l'atelier, lequel a abrité une grande reproduction de l'oeuvre de Bosch pendant les répétitions («j'ai été étonnée par le fait que ce tableau, si immense de monde, est si petit en vrai»), ou sur scène, par des projections de la célèbre toile, en gros plans. 

«Une rencontre avec une oeuvre d'art, c'est une aventure au-delà d'une rencontre esthétique. C'est une expérience profonde, proche de la méditation, qui convoque une dimension où tous les pans de l'être sont au diapason, où tout semble s'unifier pour une expérience totale.» 

La Biennale de Venise lui a proposé la direction de la danse, une aubaine pour cette amatrice d'art impatiente de profiter de son temps libre pour s'imprégner des merveilles intemporelles de la cité des Doges...

In museum: s'inspirer du moment

Le FDC proposera également en performances gratuites In museum (15 juillet, dès 14 h), des chorégraphies inspirées sur place par les spectateurs invités à dévoiler au danseur un voeu intime.

«De ce partage naît une réponse personnalisée, une danse libre d'une fulgurante spontanéité qui conjure les forces pour que le voeu formulé se réalise», dévoile le programme. 

Une danse chamane, en somme, juste née de connivences mystérieuses, interactives en toute liberté.

Pour y aller

Quand ? Les 14 et 15 juillet

Où ? CNA et esplanade du MBAC

Renseignements ? Billetterie du CNA ; 613-947-7000 ou 1-888-991-2787 ; Ticketmaster.ca




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer