Caroline Barrière, Ph. D. et chorégraphe

En pleine répétition, les danseurs du nouveau spectacle... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

En pleine répétition, les danseurs du nouveau spectacle Parlons d'eux, signé Caroline Barrière.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Faut-il ou non élucider le titre du spectacle Parlons d'eux chorégraphié par Caroline Barrière ? Finalement non !

La créatrice et productrice tient à ce qu'« eux » reste une intrigue. Un sens de l'accroche très mystérieux pour une pièce qui ne dévoile pas facilement son identité. À l'image de sa chorégraphe, électron libre de la scène contemporaine ottavienne. Autoproduite, elle signe ici sa quatrième « soirée intégrale », faisant référence à une création de plus d'une heure. À découvrir à La Nouvelle Scène du 26 au 28 janvier.  

Sur les thèmes du concret, de l'abstrait et de l'absurde, quatre danseurs tournent et retournent la question en répétitions à l'école The School of Dance. Sans décor, imaginé sur un petit plateau de 20 pieds carrés, Parlons d'eux parle aussi de la persévérance d'une passionnée qui, tous les deux ans environ, « entretient sa danseuse » en investissant temps et argent dans un nouveau spectacle. Choix de la distribution et de l'équipe artistique, réservation des studios, location de la salle de représentations, promotion... Caroline Barrière fait tout elle-même.

« Je n'ai jamais pensé fonder ma compagnie. Depuis 10 ans, je mène une double vie et j'en suis satisfaite. »

Ingénieure le jour, chorégraphe à ses temps libres, Caroline Barrière a su entretenir un réseau artistique loin des demandes de subventions et des circuits tout tracés. Cette année, elle exportera elle-même son spectacle à Montréal, en février, où ses danseurs sont établis et où elle travaille une partie de l'année au Centre de recherche informatique de Montréal. 

Rigueur et plaisir

Caroline Barrière semble très attentive à la jeune génération d'interprètes. Exemple de ce penchant, le lien noué depuis trois spectacles avec Simon Renaud et Marie-Pier Gilbert. Sur le plateau, ils seront rejoints pour la première fois par Chantal Carrier et Marie-France Jacques. Leur point commun ? Tous ont étudié à l'école The

School of Dance, certains dans la même promotion. Ils font partie de cette nouvelle génération de danseurs professionnels ayant grandi avec les réseaux sociaux et connaissent bien la source d'inspiration de Parlons d'eux : « ce monde où la pression sociale est forte, où il faut à tout prix parler de soi, se rendre intéressant et s'intéresser à la vie privée des autres », analyse la chorégraphe. 

Après Le p'tit bistro, créé au Studio Ottawa Dance Directive (ODD) en 2012 et Rue St-Honoré, toujours à ODD en 2014, Caroline Barrière étrennera le Studio A de La Nouvelle Scène, seul espace doté d'un plancher de danse pour les représentations plus intimes. La composition musicale a été commandée à Mike Essoudry avec cette consigne : « Que ce soit urbain, que ça se passe aujourd'hui, avec des couleurs funky mais parfois plus lentes. » 

À quelques jours de la première, la chorégraphe reçoit encore des suggestions musicales de son compositeur. « À deux heures du matin, hier, il m'envoyait quatre nouveaux morceaux... » De quoi attiser le créativité sur cet art universel à vivre au quotidien qu'est la danse.

Pour y aller

Quand? 26-28 janvier, 19 h 30

Où? Nouvelle Scène

Renseignements? 613 241-2727

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer