Nan, une danseuse de pointe

La première danseuse du Ballet national du Canada  franchit un pas important de... (Courtoisie, Aleksandar Antonijevic)

Agrandir

Courtoisie, Aleksandar Antonijevic

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La première danseuse du Ballet national du Canada  franchit un pas important de sa carrière, cette saison. À l'affiche du ballet Onegin, du 19 au 21 janvier au Centre national des arts, Xiao Nan Yu signe sa 20année au sein de la compagnie.

Ceux qui l'ont côtoyée saluent sa persévérance et son talent. Retour sur un parcours d'excellence jalonné d'exil et de grands sauts.

Nan, comme tout le monde la prénomme, a choisi le Canada pour s'établir à la faveur d'une bourse d'études obtenue à sa majorité. Mais son aventure créative débute dès son plus jeune âge. Originaire de Dalian, dans la province du Liaoning, en Chine, elle quitte son foyer dès l'âge de huit  ans et s'inscrit dans une école de danse loin de chez elle. 

«J'avais la nostalgie de ma famille, se souvient la ballerine, mes parents travaillaient et nous ne nous voyions que très rarement.»

La jeune apprentie ne renâcle pas à l'effort et trouve chausson à son pied auprès du Ballet national du Canada (BNC), grâce à son école d'abord, puis à sa compagnie qui lui confiera les plus grands rôles du répertoire dans Le Lac des cygnes, Giselle, Roméo et Juliette, La Belle au bois dormant, Casse-noisette, Le Conte d'hiver, Cendrillon...

En 20 ans, dont 16 à titre de première danseuse, Xiao Nan Yu a tout interprété. Tout? «Je rêve encore de La Dame aux Camélias, de John Neumeier», se surprend-elle à désirer.

Passion et séduction à la russe

Mais pour l'heure, elle a renfilé ses costumes d'Onegin, ballet de John Cranko qu'elle avait déjà interprété en 2000.  

Le récit est inspiré du roman Eugène Onéguine, écrit dans la première moitié du XIXe siècle par Alexandre Pouchkine. Une histoire d'amour tragique avec, en toile de fond, la Russie aristocratique et ses jalousies mesquines.

Onéguine est beau, sombre et désabusé. Il n'a que faire de la jeune Tatiana, qui se languit d'amour pour lui. Il s'ennuie tellement qu'il finit par courtiser la fiancée de son meilleur ami, Lenski. Une scène de duel plus loin, Lenski meurt et la vie d'Onéguine bascule à tout jamais.

Un ballet qui exige des danseurs simultanément une virtuosité aiguisée et un jeu d'acteur délicat. «Le plus difficile est d'interpréter la transition, chez Tatiana, de la jeune fille à la femme mature», évoque Xiao Nan Yu.

L'écriture chorégraphique de John Cranko est réputée pour son style nerveux, précis pour dire le trouble sexuel, l'attirance et toute la gamme des sentiments amoureux en pas de deux redoutables et courses de portés délicats à exécuter.

Cette fois, Xiao Nan Yu ne dansera pas en compagnie de Guillaume Côté, vedette photogénique du BNC. Malgré les affiches de production placardées partout en ville et mettant en avant le danseur principal dans le rôle d'Eugène Onéguine, ce dernier a dû s'absenter de la distribution pour la tournée, car son épouse, la danseuse Heather Ogden attend leur deuxième enfant. 

L'orchestre du CNA fera grimper la tension musicale (Tchaïkovsky)de ce ballet qui dure deux heures vingt avec deux entractes de 20 minutes. 

Cranko, haut la main 

«Avec ce chorégraphe, le spectateur n'a pas besoin de lire le programme avant la représentation», assure la danseuse qui a déjà interprété Roméo et Juliette du même chorégraphe.

«Il suffit de s'asseoir, de se laisser emporter par le ballet et vous comprendrez tout du début à la fin.»

L'histoire de John Cranko est tout aussi tragique que les récits qu'il a mis en danse. Ce Britannique, né en Afrique du Sud, est mort subitement en 1973 d'une crise cardiaque à l'âge de 46 ans dans un avion qui le ramenait en Allemagne où il dirigeait alors le Ballet de Stuttgart. 

Restera son style taillé sur mesure pour les ballets dramatiques, alliant justesse du mouvement et de l'émotion. 

De quoi donner du fil à retordre à une danseuse, même après 20 ans de carrière.

Pour y aller

Quand? Du 19 au 21 janvier

Où? Centre national des arts

Renseignements? Billetterie du CNA, 613-947-7000; Ticketmaster.ca, 1-888-991-2787

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer