• Le Droit > 
  • Arts > 
  • Danse 
  • > Le rendez-vous ambitieux des Dark Horse Dance Projects 

Le rendez-vous ambitieux des Dark Horse Dance Projects

La chorégraphe et danseuse Lisa Hébert sera de la...

Agrandir

La chorégraphe et danseuse Lisa Hébert sera de la deuxième édition de Dark Horse Dance Projects.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Et de deux! Après une première édition de Dark Horse Dance Projects l'été dernier, cette vitrine pour les artistes en danse de la région offre un deuxième rendez-vous les 21 et 22 juillet à la Cour des arts. Et accélère la cadence: en ajoutant une journée à son programme, il double la possibilité pour le public de découvrir les talents émergents en chorégraphie.

En 2015, l'événement avait fait salle comble au centre communautaire du Glebe où il faisait ses premiers pas. «Nous avons dû refuser des spectateurs», se souvient Marie-Pier Gilbert, co-directrice de l'événement avec Jocelyn Todd.

Pour les organisatrices, la manifestation vise avant tout à diffuser des créations locales et permettre à des projets de voir le jour, parfois sous la forme de coréalisations. Les artistes disposent d'une dizaine de minutes sur le plateau. 

À l'issue de la représentation, le public est invité à donner ses impressions sur les performances et propositions chorégraphiques.    

Un projet résolument tourné vers l'avenir

Dark Horse Dance Projects prend un nouvel élan, cette année, en se déplaçant au Centre de danse contemporaine ODD. 

«Ce partenariat fait grandir le projet», se réjouit la directrice diplômée de The School of Dance. 

La saison dernière, ODD a présenté trois artistes repérés à Dark Horse en ouverture de sa série Danse 10, preuve que cette vitrine naissante pour talents émergents peut devenir un véritable tremplin de diffusion. 

À l'instar d'Annabel Boissoneault et d'Alya Graham dont la pièce défendue à Dark Horse a été sélectionnée par le festival Quartiers Danses à Montréal, en septembre prochain.  

La reconnaissance rapide de l'initiative ne passe pas inaperçue et constitue le point de départ d'un nouveau parcours. 

Une aide financière de la Fondation communautaire d'Ottawa et du Conseil des arts de l'Ontario permet cette année de rémunérer chorégraphes et danseurs. Chaque équipe a également bénéficié d'un cachet pour embaucher un conseiller artistique. 

En préparation de cette deuxième édition, le Centre de danse contemporaine a offert aux candidats sélectionnés 30 heures de répétitions dans ses locaux. 

Au programme

Parmi la vingtaine de dossiers soumis, huit ont été retenus et deux artistes ont été invités personnellement: Keir Knight, danseur de la compagnie LaLaLa Human Steps et la danseuse Kay Kenney, membre d'ODD. Mais la majorité des artistes programmés sont des recrues. Et tous ont un lien avec la région. 

«Cette année, ils ne sont pas forcément établis à Ottawa ou Gatineau, précise Marie-Pier Gilbert. Car nous croyons qu'il est important d'agrandir la communauté en danse, et pas seulement de renforcer celle d'ici.»

Les performances auront lieu au studio ODD Box, tandis que la salle de répétition B adjacente proposera un bar animé par l'accordéoniste et pianiste Megan Jerome. Les 11 pièces, présentées en deux parties, se dérouleront à 19h et à 21h. Les spectateurs peuvent assister à une séance uniquement (15$) ou à toute la soirée (25$).

Pour y aller

Quand? Les 21 et 22 juillet

Où? Cour des arts

Renseignements: 613-233-6266

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer