Le Brésil mène la danse

CRITIQUE / Salle quasiment comble, hier, pour applaudir la première... (Courtoisie)

Agrandir

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Salle quasiment comble, hier, pour applaudir la première représentation de la Companhia Urbana de Dança, invitée à se produire deux soirs au CNA. Muscles saillants, chevelures ébouriffées, les huit danseurs venus des favelas de Rio ne ménagent pas leur énergie sur le plateau. Leur danse athlétique, souvent inventive, risquée, suffit à prouver qu'ils ont non seulement de la force physique, mais aussi quelque chose dans les baskets.

La première pièce, ID: Entidades, joue la carte du collectif - clan soudé puis décomposé - tout en torpillant la scène de prouesses chorégraphiques épatantes. 

Débordant de jouissance à se dépasser, la joyeuse Companhia valide la beauté brute du hip-hop, sa rage sublimée en torsions physiques invraisemblables: tours sur la tête, toupies sur le dos, tricotages de jambes en tous sens, le «break» casse le corps des interprètes en deux. Le torse désolidarisé du reste déploie des acrobaties fulgurantes, coupure qu'intensifie un faisceau de lumière horizontal zébrant le plateau. 

Dans une atmosphère de clair-obscur aux accents aquatiques, des tirs groupés attaquent en douceur, libérant des éclats en solo. Le ballet est aquatique: plongée dans les profondeurs obscures du plateau, et hop!, un coup de rein pour remonter à la surface. Tous finissent par rechercher un peu de lumière.

Sonia Destri Lie chorégraphie à la manière d'une peinture abstraite: ondulations pour assouplir les angles; coups de nerfs hip-hop pour révéler les personnalités. Les corps lancés à folle allure font chavirer les regards. Opération séduction réussie.     

La seconde pièce, Na Pista, a remisé l'uniforme pantalon baggy pour oser le vêtement de soirée. Les surprises s'enchaînent: danseurs dispersés dans la salle, partie de chaises musicales sur le plateau (en version brésilienne, donc forcément sympathique!), Amy Winehouse remixée en beats fracassants. Sous une boule disco, la seule danseuse de la troupe (éblouissante Jessica Nascimento) se laisse désirer. 

Tout en musique pop, la Companhia repousse ses limites physiques avec une jubilation vorace délicieusement communicative. Le genre de feel good chorégraphie à ne pas manquer!

Pour y aller

Où? Centre national des arts

Quand? 22 avril, 19 h 30

Renseignements? Billetterie du CNA, 613-947-7000; Ticketmaster.ca, 1-888-991-2787

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer