Programmation foisonnante et rythmée au CNA

La troupe Hubbard Street Dance Chicago sera une... (Courtoisie)

Agrandir

La troupe Hubbard Street Dance Chicago sera une des têtes d'affiche de la saison 2016-2017 de Danse CNA.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avec les premiers bourgeons du printemps vient la saison des dévoilements de programmations. Ce mardi 22 mars, Danse CNA déflore la sienne : le retour de Sidi Larbi Cherkaoui, celui des Ballets Trockadero de Monte Carlo et du Shanghai Ballet, mais aussi des chorégraphes canadiens associés au département : Marie Chouinard, Crystal Pite et Christopher House. Êtes vous classique ou moderne ? Cathy Levy, la productrice générale de Danse CNA, refuse l'antagonisme.

Dans les trois salles du centre culturel, elle présente des spectacles en tout genre : AH/HA en ouverture de saison, une pièce de la danseuse/chorégraphe flamande Lisbeth Gruwez sur les mécanismes du rire (6-8 octobre). La claquette haute voltige prend ensuite le relais avec ETM : Double Down de Dorrance Dance (14-15 octobre), suivie du très classique Giselle porté par le Shanghai Ballet (10-12 novembre). 

Cathy Levy revendique cet oecuménisme. Pour elle, il n'y a pas des danses. Il n'y a qu'une danse. Et une seule passion pour un art plus que jamais vivant...

Célébrer le 150e anniversaire du Canada

Qu'on se rassure : les travaux de réfection du CNA n'auront pas d'impact sur la programmation en danse. La disparition de la série Face à Face n'est qu'un report, assure la productrice, évoquant «une réorientation du timing de quelques mois»; cette série reviendra à l'affiche à l'automne 2017 pour mieux célébrer le 150e de la Confédération en conviant des chorégraphes canadiens expatriés. 

Immanquablement, la saison 2016/17 en danse soulignera l'anniversaire du Canada. Une commande conjointe des départements de danse et musique du CNA a été passée à six compositeurs et chorégraphes d'ici (Emily Molnar, Jean Grand-Maître et Guillaume Côté), couplés pour créer trois courtes pièces à l'affiche de RENCONTR3S (20-22 avril 2017). 

« Le projet s'est développé rapidement avec l'arrivée du nouveau chef de l'OCNA Alexander Shelley, explique Cathy Levy. Pleins feux sur nos chorégraphes talentueux de ballets! » 

Dans la même foulée, le Ballet national du Canada revient avec Onegin, inspiré du poème épique de Pouchkine et de l'opéra de Tchaïkovsky (19-21 janvier 2017). Noël se dansera dès novembre sur l'indétrônable Casse-Noisette de l'Alberta Ballet (30 novembre - 4 décembre). 

Quant aux Grands Ballets Canadiens de Montréal, ils défendront Minus One, un florilège de sept pièces de l'Israélien Ohad Naharin (6 mai 2017). Toujours de Montréal, la chorégraphe Virginie Brunelle proposera sa nouvelle création en coproduction avec le CNA (6-8 avril). 

Parallèlement aux grandes compagnies, plusieurs artistes internationaux feront leurs premiers pas à Ottawa : le chorégraphe franco-algérien Hervé Koubi avec Ce que le jour doit à la nuit (25 avril 2017), le danseur canadien Éric Gauthier établi à Stuttgart (11 mars 2017) et l'Italien Alessandro Sciarroni (9-11 février 2017) en plus de Dorrance Dance et Lisbeth Gruwez déjà mentionnés. 

Le Hubbard Street Dance Chicago, régulièrement présenté à Ottawa y revient pour un programme mixte incluant One Flat Thing, reproduced de William Forsythe - « une pièce rarement dansée mais avec laquelle je suis tombée en amour », avoue la programmatrice.     

Voilà un répertoire qui absorbe tout, en somme, les bons vieux ballets classiques autant que les créations contemporaines de Sidi Larbi Cherkaoui (18-19 novembre) ou de Crystal Pite (A picture of you falling, 23-24 mars). 

Avec les premiers bourgeons du printemps vient la saison des dévoilements de programmations. Ce mardi 22 mars, Danse CNA déflore la sienne : le retour de Sidi Larbi Cherkaoui, celui des Ballets Trockadero de Monte Carlo et du Shanghai Ballet, mais aussi des chorégraphes canadiens associés au département : Marie Chouinard, Crystal Pite et Christopher House. Êtes vous classique ou moderne ? Cathy Levy, la productrice générale de Danse CNA, refuse l'antagonisme.

Dans les trois salles du centre culturel, elle présente des spectacles en tout genre : AH/HA en ouverture de saison, une pièce de la danseuse/chorégraphe flamande Lisbeth Gruwez sur les mécanismes du rire (6-8 octobre). La claquette haute voltige prend ensuite le relais avec ETM : Double Down de Dorrance Dance (14-15 octobre), suivie du très classique Giselle porté par le Shanghai Ballet (10-12 novembre). 

Cathy Levy revendique cet oecuménisme. Pour elle, il n'y a pas des danses. Il n'y a qu'une danse. Et une seule passion pour un art plus que jamais vivant...

Célébrer le 150e anniversaire du Canada

Qu'on se rassure : les travaux de réfection du CNA n'auront pas d'impact sur la programmation en danse. La disparition de la série Face à Face n'est qu'un report, assure la productrice, évoquant «une réorientation du timing de quelques mois»; cette série reviendra à l'affiche à l'automne 2017 pour mieux célébrer le 150e de la Confédération en conviant des chorégraphes canadiens expatriés. 

Immanquablement, la saison 2016/17 en danse soulignera l'anniversaire du Canada. Une commande conjointe des départements de danse et musique du CNA a été passée à six compositeurs et chorégraphes d'ici (Emily Molnar, Jean Grand-Maître et Guillaume Côté), couplés pour créer trois courtes pièces à l'affiche de RENCONTR3S (20-22 avril 2017). 

« Le projet s'est développé rapidement avec l'arrivée du nouveau chef de l'OCNA Alexander Shelley, explique Cathy Levy. Pleins feux sur nos chorégraphes talentueux de ballets! » 

Dans la même foulée, le Ballet national du Canada revient avec Onegin, inspiré du poème épique de Pouchkine et de l'opéra de Tchaïkovsky (19-21 janvier 2017). Noël se dansera dès novembre sur l'indétrônable Casse-Noisette de l'Alberta Ballet (30 novembre - 4 décembre). 

Quant aux Grands Ballets Canadiens de Montréal, ils défendront Minus One, un florilège de sept pièces de l'Israélien Ohad Naharin (6 mai 2017). Toujours de Montréal, la chorégraphe Virginie Brunelle proposera sa nouvelle création en coproduction avec le CNA (6-8 avril). 

Parallèlement aux grandes compagnies, plusieurs artistes internationaux feront leurs premiers pas à Ottawa : le chorégraphe franco-algérien Hervé Koubi avec Ce que le jour doit à la nuit (25 avril 2017), le danseur canadien Éric Gauthier établi à Stuttgart (11 mars 2017) et l'Italien Alessandro Sciarroni (9-11 février 2017) en plus de Dorrance Dance et Lisbeth Gruwez déjà mentionnés. 

Le Hubbard Street Dance Chicago, régulièrement présenté à Ottawa y revient pour un programme mixte incluant One Flat Thing, reproduced de William Forsythe - « une pièce rarement dansée mais avec laquelle je suis tombée en amour », avoue la programmatrice.     

Voilà un répertoire qui absorbe tout, en somme, les bons vieux ballets classiques autant que les créations contemporaines de Sidi Larbi Cherkaoui (18-19 novembre) ou de Crystal Pite (A picture of you falling, 23-24 mars).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer