• Le Droit > 
  • Arts > 
  • Danse 
  • > La nouvelle garde de la danse contemporaine en action 

La nouvelle garde de la danse contemporaine en action

Les danseuses Annabel Boissonneault et Alya Graham en... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Les danseuses Annabel Boissonneault et Alya Graham en pleine répétition

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

On les surprend en pleine répétition, l'une juchée sur le dos de l'autre, avant que l'édifice corporel ne s'effondre et explose de rire. Annabel Boissonneault? «Oui, c'est bien moi», sourit la danseuse et chorégraphe encore inconnue au bataillon de la scène vivante ottavienne.

Qu'on se rassure: la Sherbrookoise a décroché son diplôme à The School of Dance d'Ottawa pas plus tard que l'an dernier avec sa coéquipière Alya Graham, originaire du Yukon.

Une représentation estivale de leur duo De notre petit squelette, dans le cadre de Dark Horse Dance Projects, a suffi à séduire Lana Morton, du Centre de danse contemporaine ODD. Grâce à elles, la chef de production d'ODD a eu l'idée d'insérer un court spectacle préambulaire à la prestation des artistes déjà programmés dans la Série Danse 10.

Si certains grands noms de la danse seront toujours présents sur les planches (Peggy Baker en novembre, Noam Gagnon en mai 2016), ils partageront l'affiche avec toute une génération de nouveaux diplômés. Intitulée Floor Play, cette courte vitrine d'avant spectacle a pour objectif «de donner un avant-goût des nouvelles oeuvres de la communauté», présente Lana Morton. Elle sera épisodiquement proposée dans le Studio B, la salle où se déroulent habituellement les répétitions des spectacles. Une façon aussi d'encourager le travail de chorégraphes émergents de la communauté dans une discipline qui ne bénéficie pas de prix de reconnaissance locaux, à la différence du théâtre.

«Comme un cadeau»

Annabel Boissonneault considère cette invitation à se produire avec ODD «comme un cadeau», plutôt généreux d'ailleurs puisqu'il se double d'une résidence artistique accordée pour l'été prochain dans les studios du Centre de danse contemporaine. «Soixante heures de répétition en studio, du mentorat et un support technique», Annabel Boissonneault a l'impression d'avoir décroché le gros lot.

Pour l'heure, le binôme qu'elle forme avec Alya Graham a su se débrouiller seul: elles ont elles-mêmes financé leur voyage à Whitehorse via le site participatif Indiegogo. Quand elles évoquent le décor de montagnes et de lacs naturels dans lequel elles ont créé leur duo in situ, elles nous font facilement entrer dans la danse des grands espaces. «J'ai été séduite par leur quête de liberté très physique, par l'urgence de leur danse», renchérit Lana Morton.

Annabel et Alya auront une dizaine de minutes pour séduire le public avant la représentation de When we were old, du chorégraphe montréalais Emmanuel Jouthe, créée en collaboration avec la chorégraphe italienne Chiara Frigo. La Série Danse 10 lancera jeudi sa sixième saison, résolument tournée vers la jeune garde locale de la danse contemporaine.

Pour y aller

Quand? Les 24, 25 et 26 septembre, 19h30

Où? ODD Box studio, Cour des arts d'Ottawa

Renseignements: 613-233-6266; odd-cdc.org

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer