• Le Droit > 
  • Arts > 
  • Danse 
  • Dirty Dancing: vivre à fond le temps d'une danse 

Dirty Dancing: vivre à fond le temps d'une danse

La Canadienne Gillian Abbott incarne Baby dans Dirty... (Courtoisie)

Agrandir

La Canadienne Gillian Abbott incarne Baby dans Dirty Dancing.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dirty Dancing marque une étape importante pour la Canadienne Gillian Abbott: elle incarne Frances «Baby» Houseman, son premier premier rôle dans une production «broadwayenne».

«Baby m'est particulièrement chère pour cette raison, et plus encore!» soutient Gillian Abbott, jointe par courriel cette semaine.

Et pas seulement parce qu'elle était la petite dernière de trois filles, ce qui lui avait valu le surnom de «Baby Abbott», précise-t-elle dans sa réponse, un bonhomme sourire à l'appui.

Été 1963. Frances, surnommée Baby, débarque en centre de villégiature avec ses parents et sa soeur pour les vacances. Elle a 17 ans, aime discuter politique avec son père, mais ne connaît pas grand-chose à l'amour et à ses conséquences. Jusqu'à ce qu'elle tombe sous le charme de Johnny, le professeur de danse de l'endroit.

«Son histoire, c'est celle du passage à l'âge adulte, reprend la danseuse et comédienne. Quand elle monte sur scène pour la première fois avec Johnny au Sheldrake Hotel, je comprends tellement son trac! Comme elle, pour la première fois de ma carrière, je me présente devant le public en tant que tête d'affiche!»

Premières relations sexuelles, différences de classes sociales, avortement, guerre, relation père-fille: Dirty Dancing aborde plusieurs thèmes, entre deux chansons à succès et mouvements de danse.

«Ces sujets sont encore d'actualité aujourd'hui. On parle encore de droit à l'avortement, de droits civils et de conflits armés...» fait valoir la diplômée en danse de la prestigieuse école new-yorkaise Julliard.

Trouver Baby

Gillian Abbott n'avait certes pas pris conscience de tout ça, lorsqu'elle a vu le long métrage original pour la première fois.

«Il s'agissait de l'un des films préférés de ma soeur Beth. Pour ma part, j'étais cependant beaucoup trop jeune à ce moment-là pour en comprendre les véritables enjeux, mais j'en avais quand même beaucoup apprécié les numéros de danse et l'histoire d'amour», se souvient-elle, tout en se gardant bien de révéler son âge au détour.

Si elle l'a revisionné pour se préparer pour son audition, histoire de saisir le contexte dans lequel s'inscrivaient ses répliques, elle a depuis pris ses distances du long métrage.

«L'automne dernier, j'ai travaillé étroitement avec la scénariste du film et de la production, Eleanor Bergstein. Elle m'a rapidement conseillé de ne plus le regarder, afin que je trouve Baby en moi et non à partir de la prestation de Jennifer Grey. Quand Eleanor m'a dit qu'elle aimait "ma" Baby, ça m'a libérée et permis de raconter l'histoire telle que je la ressens moi.»

Aux yeux de Gillian Abbott, Baby a tout de la battante. «Elle s'affirme malgré ses insécurités. Et j'aime bien le fait qu'elle commence à déteindre sur moi, sur scène mais aussi dans ma vie de tous les jours!»

Pour la suite de sa carrière, celle qui a entre autres fait partie de la distribution de Love du Cirque du Soleil entend mettre à profit ce qu'elle a appris en grimpant le mont Kilimandjaro. «Les guides répétaient sans cesse ces mots: "pole pole". Ça veut dire: "lentement... mais sûrement!"»

Un vrai Johnny

Son partenaire de jeu Samuel Pergande a été «un vrai Johnny» pour Gillian Abbott.

«Il m'a enseigné tous les trucs de la danse de salon en couple», renchérit celle qui avait pourtant déjà une formation dans le genre.

Et qu'en est-il du fameux porté?

«L'exécution d'un tel porté diffère, d'un partenaire à l'autre, parce qu'il dépend de la répartition de mon poids au bout de ses bras, répond la Canadienne. Le bon point d'équilibre n'est donc pas le même, selon la personne avec qui on danse. Samuel et moi avons dû nous  reprendre quelques fois avant que le mouvement coule, qu'on trouve notre point d'équilibre à nous. Mais aujourd'hui, je dois avouer que c'est un moment particulièrement enivrant à vivre sur scène, avec Doug (Carpenter) et Jennlee (Shallow) chantant Time Of My Life en direct!»

Pour y aller

QUAND? Du 14 au 19 avril

OÙ? Centre national des arts

RENSEIGNEMENTS: Billetterie du CNA; Ticketmaster.ca, 1-888-991-2787

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer