Louise Lecavalier électrise le CNA

Louise Lecavalier... (Courtoisie)

Agrandir

Louise Lecavalier

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

So blue, mais pas seulement... il y aussi du jaune éclatant, du vert printanier, du rouge électrique qui irradient dans ce spectacle présenté au CNA jusqu'à ce soir. Mais du rose bonbon, ça jamais!

Pour la première fois de sa carrière de danseuse, Louise Lecavalier, 56 ans, ose signer une chorégraphie. Un solo et un duo pour lesquels elle a déployé ses meilleurs atouts: pure prouesse technique, beauté visuelle proche du tableau abstrait, jeux rythmiques montés sur ressorts. Ne rien démontrer ni prouver, mais avoir toujours besoin d'en découdre, la primo-chorégraphe avance à découvert. Et choisit de revenir aux fondamentaux: un plateau vide, des lumières latérales, et une danseuse en tenue de sport. C'est parti pour une heure d'écriture chorégraphique au laser.

La sobriété apparente du spectacle est inversement proportionnelle à la folie et à la démesure qu'elle met en oeuvre sur scène, avec toujours une rigueur absolue.

Chez Louise Lecavalier, l'apparente spontanéité est réglée au cordeau. Et quelle force de frappe! Musiques à fond au risque de donner le tournis, jeux d'ombres et de lumières qui cisaillent l'espace, danses tranchantes et souvent saccadées, l'ancienne égérie de la compagnie La La La Human Steps fait de la dissonance une arme de création spectaculaire. Tremblements, secousses sur un pied, danses sur la tête, l'interprète à la mèche rebelle sollicite une gamme invraisemblable de mouvements qui font grimper le pouls de la pièce à toute allure. Même les silences, où pas un spectateur n'ose tousser, sont éloquents.

Séquence après séquence, d'abord en solo, puis en duo avec Frédéric Tavernini, So Blue déroule une palette de mouvements qui se passe très bien de fil narratif pour prendre forme et nous happer. À peine trouve-t-on quelques silences, quelques arrêts sur image où laisser divaguer son imagination. Comme cette séquence où la danseuse flotte hébétée à quelques centimètres des projecteurs, tel un papillon de nuit. Ou cette autre quand, par jeu d'optique, elle transforme son partenaire en Vishnou aux bras longs... Musique et danse orientales donnent aussi une influence discrète au spectacle. Mais le reste de la pièce se contemple sans partition, avec pour seule certitude que tout s'évanouira dans un bleu nuit irréversible.

POUR Y ALLER :

OÙ ? Théâtre du CNA

QUAND ? Ce soir, 19 h 30

RENSEIGNEMENTS ? Billetterie du CNA, 613-947-7000, www.nac-cna.ca ; Ticketmaster : 1-888-991-2787, capitaltickets.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer