The Square crée la surprise

La réalisatrice allemande Maren Ade a accepté le... (AFP, Alberto PIZZOLI)

Agrandir

La réalisatrice allemande Maren Ade a accepté le prix de la mise en scène au nom de Sofia Coppola, qui a réalisé le film Les proies.

AFP, Alberto PIZZOLI

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Cannes) CANNES / The Square de Ruben Östlund est reparti avec la convoitée Palme d'or de la 70e édition du Festival de Cannes, remise par Juliette Binoche au réalisateur suédois, dimanche soir. Un choix qui n'a pas fait l'unanimité, mais très mérité. C'est toutefois le Prix de la mise en scène obtenu par Sofia Coppola pour Les proies qui a retenu l'attention.

«Nous n'avons pas remis ces prix à des femmes parce que ce sont des femmes», a tenu à souligner Maren Ade en conférence de presse, pour dissiper toute ambiguïté. Lynne Ramsay a aussi obtenu le prix du scénario ex aequo, pour You Were Never Really Here. «Le cinéma doit refléter la société. Il y a plein d'histoires qui peuvent être racontées et qui nous manquent.» 

La maîtresse de cérémonie Monica Belluci a justement ouvert la soirée de remise des prix par un discours sobre avec des accents féministes, souhaitant notamment que «plus de réalisatrices prennent leur juste place». L'actrice a aussi fait l'éloge du cinéma, «cet art qui a la faculté de nous extraire de la réalité pour mieux nous y replonger».

Ce qui n'est pas vraiment le cas avec Les proies, qui ne m'a pas impressionné plus qu'il faut. La réalisation de ce drame à costumes est somptueuse, mais ce n'est pas transcendant. Reste que dans un Festival où il a été beaucoup question de la place des femmes, une distribution presque entièrement féminine, dirigée par une réalisatrice, a certainement pesé lourd dans les délibérations.

L'annonce de la Palme d'or a provoqué quelques sifflets rageurs de la part des journalistes. Je peux comprendre, mais The Square est l'un des deux films qui ont marqué les esprits (avec Mise à mort du cerf sacré de Yorgos Lanthimos, Prix du scénario ex aequo). Le puissant drame hypnotique de Ruben Östlund s'attarde aux conséquences de nos actes. Mais aussi à notre manque d'empathie pour les laissés pour compte de la société. «Il faut aborder des questions complexes au cinéma si on veut assurer son avenir», a-t-il indiqué en conférence de presse.

Comme le soulignait Pedro Almodovar, The Square a été réalisé de main de maître par le Suédois. «Ça a été filmé avec une imagination incroyable», a indiqué le président du jury. Très nerveux et manifestement heureux, Östlund (Force majeure), à sa première présence en compétition, a apporté un brin de folie à une cérémonie guindée. Il a demandé aux gens présents dans le Grand théâtre Lumière de partager sa joie avec un grand cri primal de bonheur, demandant aux photographes de se tourner vers l'audience pour immortaliser le moment.

Toujours pertinente, la Palme d'or?

Il n'y a pas que les femmes qui ont été au centre des discussions dans les 10 derniers jours. Le nouveau modèle du cinéma aussi. Certains se demandent même si la Palme d'or est toujours aussi pertinente. Pedro Almodovar a remis les choses en perspective. «Le cinéma change partout, la façon dont on voit les films aussi. Il y a plus de fiction que jamais. Nous n'allons pas disparaître, parce que le monde a besoin de conteurs et de thèmes à aborder.»

Ce qui a amené Will Smith à parler de l'importance du Festival et de la France dans l'univers du cinéma. «Les cinéastes français ont beaucoup fait pour le cinéma.» Et le jury a tenu à accorder, justement, son Grand prix à 120 battements par minute, que plusieurs voyaient sur la plus haute marche, en raison de son traitement (laborieux) du manque d'aide aux sidéens dans les années 80. Surtout avec Almodovar. 

Mais le président a fait valoir qu'il n'est «qu'un neuvième de ce jury. Une majorité écrasante a aimé le film de Campillo. C'est un film sur des héros qui ont sauvé de nombreuses vies.» Il est un «hommage à ceux qui ont survécu et à qui je pense énormément ce soir», a commenté Robin Campillo.

La remise des Prix d'interprétation à Diane Kruger et à Joaquin Phoenix n'a surpris personne, sauf le principal intéressé. Totalement incrédule, il a pris un long moment avant de se lever. «C'est totalement inattendu», a-t-il balbutié en montant sur scène en complet, mais avec des espadrilles... L'acteur américain, dans un rôle très physique, joue brillamment un vétéran perturbé, qui n'est pas sans rappeler le mythique Travis Bickle de Robert De Niro dans Taxi Driver (1976) de Scorsese.

Il fallait un rôle à la hauteur pour Kruger, et c'est finalement Fatih Akin qui l'a confié à l'actrice allemande, qui l'a chaleureusement remercié. «Fatih, mon frère, merci d'avoir couru le risque avec moi. Tu m'as donné une force intérieure que je ne pensais pas avoir.» Avec beaucoup de classe, elle a dédié son prix à toutes les victimes d'un attentat terroriste. «Vous n'êtes pas oubliées.»

Le jury a tenu à remettre un prix spécial pour ce 70e anniversaire à Nicole Kidman, qui jouait dans quatre longs métrages à Cannes. «Je suis dévastée de ne pas être là ce soir, mais excitée de recevoir ce prix», a-t-elle dit par l'entremise d'une vidéo. «Bonsoir, je t'aime», a-t-elle ajouté en français.

Le jury oecuménique a attribué son prix à un long métrage de la compétition. C'est Vers la lumière, de Naomi Kawase, qui succède à Juste la fin du monde de Xavier Dolan, qui a aussi remporté le Grand prix l'an passé.

Film audacieux et libre, Jeune femme de Léonor Serraille a remporté la Caméra d'or, attribué au meilleur premier long métrage de la Sélection officielle. La Palme d'or du court métrage est allée à Une douce nuit de Qiu Yang qui s'est exclamé : «It's fucking amazing!»

Joaquin Phoenix n'en revenait pas, lui non plus, de son expérience à Cannes. «Partout ici, tout le monde parle des films. C'est un endroit que j'apprécie forcément beaucoup.»

Moi aussi.

Les frais de ce reportage sont en partie payés par le Festival de Cannes.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer