Au générique

La 19e édition du Festival du film de l'Outaouais bat son plein jusqu'au 31... (123rf)

Agrandir

123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

La 19e édition du Festival du film de l'Outaouais bat son plein jusqu'au 31 mars. Au cours de la prochaine semaine, l'équipe des arts vous des critiques en lien avec les longs métrages programmés. Bon cinéma!

Julieta ****

Réalisateur : Pedro Almodóvar

Acteurs : Adriana Ugarte, Emma Suárez

Projections:

Le 27 mars, 16 h 30, Cinéma Aylmer

Le 30 mars, 19 h, Cinéma 9

CRITIQUE / Trois ans après la fantaisie aérienne des Amants passagers, comédie érotique sur la liberté sexuelle d'agents de bord, Pedro Almodóvar change radicalement de style avec Julieta, drame poignant qui s'inspire de trois nouvelles d'Alice Munro. Retour sur terre (et en mer !) avec Julieta, du nom de l'héroïne mystérieuse dont on découvrira le passé tragique par flashbacks. Almodóvar met en scène cette femme au nom si romantique qui s'apprête à quitter Madrid avec son nouveau compagnon. Avant de partir, elle croise par hasard la meilleure amie de sa fille au coin d'une rue, sa fille qu'elle n'a pas revue depuis des années. Et pour cause...

Le réalisateur de Tout sur ma mère et de La mauvaise éducation explore de nouveau les relations parentales douloureuses en conjuguant le présent au passé (dé)composé. Depuis sa rencontre, dans un train, avec le père de sa fille (magnifique scène où se mêlent amour et mort sur les rails du destin) jusqu'à la tragédie familiale venant troubler la quiétude d'une vie s'écoulant paisiblement en bord de mer, Julieta est habitée d'une douleur sourde et solitaire. Le film parle d'oubli et de culpabilité, du deuil - des morts, comme des proches perdus de vue - du renoncement à l'illusion de vouloir maîtriser le cours de son existence. Emma Suárez donne une profondeur tragique à son héroïne mystérieuse, Adriana Ugarte (qui l'interprète dans sa vingtaine) lui insuffle l'insolente beauté d'une jeunesse encore intacte. Encore faut-il souligner le rôle de composition de Rossy de Palma, actrice fétiche d'Almodóvar, en gouvernante tyrannique et drôlissime. Un film admirable sur la reconstruction d'une femme moderne qui n'a pas renoncé à faire la paix avec son passé. Maud Cucchi




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer